Alors que son procès débute ce mardi à Washington, Donald Trump a choisi de se rendre au sommet économique de Davos en Suisse, plutôt que de comparaître au Capitole. Visiblement peu inquiet de l'issue de ce procès qui pourrait mener à son éventuelle destitution (peu probable), le président américain continue sa communication de campagne, en vue des prochaines élections, en novembre.

Sur Twitter, il a d'ailleurs publié une vidéo où il relate tout ce qu'il a accompli pour son pays depuis son élection. Une succession d'images et d'affirmations, montées à la manière d'une publicité à l'américaine.


Le chômage au plus bas

Dans cette nouvelle vidéo donc, Donald Trump se vante d'avoir créé plus de sept millions d'emplois et d'être arrivé au taux de chômage le plus bas aux États-Unis depuis 50 ans. Mais cette baisse du taux de chômage n'est pas spécialement due à l'investiture de Trump, puisque le nombre de chômeurs américains ne cesse de diminuer depuis 2010, et à la même vitesse avant et après l'arrivée de Trump. De plus, la population inactive aux États-Unis, qui n'est pas répertoriée dans la catégorie des chômeurs, a quant à elle augmenté.

La destruction de l'État Islamique

Le président américain aborde aussi la lutte contre le terrorisme dans ce nouveau tweet. Il revient sur la mort d'Abou Bakr al-Baghdadi, le chef de l'État Islamique, et du général iranien Qassem Soleimani, tous les deux abattus lors d'opérations militaires américaines. Dans la vidéo, il aborde ces faits comme s'ils étaient l'accomplissements indispensables de son mandat. Cependant, on peut se demander à quelle mesure ces actions auront des répercussion bénéfiques pour les Américains mais aussi pour le monde.

En dehors de la population américaine, les décisions et actions vantées par le successeur de Barack Obama ont aussi des répercussions sur les populations des pays où il agit. On peut notamment citer l'exemple du déménagement de l'ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem, qui a réveillé les tensions entre les Palestiniens et les Israéliens. La décision de Trump de changer l'ambassade américaine de place a déclenché des manifestations qui ont mené à la mort de plusieurs dizaines de personnes, dont des enfants.

La politique migratoire

Parmi les images mises en avant par le président américain dans sa vidéo, on retrouve également une photo aux frontières, en référence à au mur que Donald Trump était désireux de construire entre les États-Unis et le Mexique, pour "sécuriser les frontières" face aux migrants qui souhaitent entrer illégalement dans le pays. Mais même s'il en parle beaucoup, Trump n'a pas encore réalisé cette promesse faite à ses partisans pendant sa campagne. Aucun mètre de ce fameux mur n'a encore été construit depuis son investiture.

Mais finalement, rien n'a l'air d'atteindre le président américain, qui continue de promettre monts et merveilles à ses partisans. Sa dernière promesse en date ? "Ramener des centaines de milliards de dollars aux États-Unis" après avoir rencontré les leaders du commerce mondial à Davos. "Nous sommes les numéros un de l'univers, de loin!", a-t-il tweeté ce matin encore.