Lors d'une conférence de presse à son golf de Bedminster, dans le New Jersey, le président américain a signé quatre décrets qui prévoient des coupes dans les charges salariales, une allocation chômage prolongée de 400 dollars par semaine, des protections pour les locataires menacés d'expulsion et un report du remboursement des emprunts étudiants.

Le Congrès avait approuvé en mars un plan titanesque de 2.200 milliards de dollars pour relancer l'économie, qui incluait notamment une allocation chômage fédérale de 600 dollars par semaine, en plus de celles allouées par les États, et un moratoire pour empêcher les expulsions. Ces mesures sont arrivées à terme fin juillet.

Les parlementaires républicains ont présenté fin juillet une enveloppe de 1.000 milliards de dollars, tandis que les démocrates avaient adopté dès mai, à la Chambre, leur propre projet de loi qui s'élève à 3.000 milliards de dollars.

Les démocrates cherchent "à prendre en otage cette aide vitale", a déclaré Donald Trump, ajoutant qu'il espérait toujours un accord au Congrès "à une date postérieure".

"Honnêtement, je ne crois pas qu'ils aiment leur pays", a lancé le président à propos des démocrates, à trois mois des élections présidentielles.