Un homme plaqué face au sol par des agents de police pendant plus de cinq minutes qui finit par perdre connaissance... La scène filmée par la bodycam de policiers californiens semble tristement familière.

Selon Fox News, cet enregistrement a été partagé suite aux vives protestations des habitants d'Alameda (Californie) et des membres de la famille de Mario Gonzalez décédé à l'hôpital peu de temps après son arrestation. Pour les proches de ce jeune de 26 ans, il s'agit bien d'un meurtre, Mario ne montrait pas de signes de résistance. « Il n’a jamais essayé de donner des coups de pied ou de poing à qui que ce soit », a soutenu Julia Sherwin, l’avocate de la famille, présente en tant qu’expert lors du procès de Derek Chauvin.

La police californienne a quant a elle déclaré la semaine dernière qu'il y avait eu une bagarre le 19 avril dernier lorsque les agents tentaient de mettre les mains de Mario Gonzalez derrière son dos, et que Gonzalez avait eu une urgence médicale. Le jeune homme leur avait été signalé comme étant en état d'ébriété et suspecté de vol.


Sur les images, on peut voir deux agents aller à la rencontre du jeune homme, visiblement en possession de bouteilles d'alcool, et lui demander de décliner son identité. Devant le manque de réaction, l'homme semble confus, ils lui demandent de mettre ses mains derrière son dos et d'arrêter de résister. Les policiers décident de le plaquer face au sol et tentent alors de maintenir la position en s'appuyant sur son dos, un genoux et un coude à un moment placés sur son dos et sur son cou. Tout le long, ils essayent de rassurer Mario Gonzalez. "Nous allons prendre soin de vous", répète ainsi un des agents. Peu avant que l'homme ne perde connaissance, un policier s'exclame : "C'est ok, nous n'avons plus de poids sur sa poitrine".

Cette mort fait l'objet d'une enquête du département du shérif du comté d'Alameda, du bureau du procureur du district et d'un ancien procureur de la ville de San Francisco, engagé par la ville pour mener une enquête indépendante.

.