Après avoir été vantée par certains experts, l'hydroxychloroquine a finalement été jugée trop peu efficace dans le traitement du Covid. Ce médicament antipaludique n'est d'ailleurs à présent plus recommandé chez nous pour les patients atteints du coronavirus. Ailleurs dans le monde, beaucoup de pays ont également renoncé à administrer de l'hydroxychloroquine aux patients Covid hospitalisés. Pourtant, beaucoup avaient misé sur ce traitement "miracle".

Aux Etats-Unis par exemple, de nombreux Etats avaient tenté de se procurer coûte que coûte ce médicament qui était censé limiter les effets négatifs du Covid. Galvanisé par Donald Trump lui-même, qui ne cessait d'en vanter les mérites, l'Oklahoma n'avait pas hésité à débourser 2 millions de dollars pour 1,2 millions de pilules d'hydroxychloroquine. Malgré certains avertissements, l'Etat avait décidé de valider son achat, persuadé que l'argent dépensé servirait tôt ou tard étant donné que le médicament est "utile pour bon nombre de maladies". Des mois plus tard, cette décision s'est révélée être un énorme gaspillage d'argent. 

Comme l'explique le Huffpost dans un article repéré par Slate.fr, l'Etat du Midwest n'a à présent plus qu'une seule idée en tête : se défaire de ce stock encombrant. Michael Hunter, le procureur général de l'Oklahoma, a affirmé que le département de la Santé de l'Etat lui avait demandé de l'aider à se débarrasser de ce stock. La solution envisagée étant de les retourner directement à l'envoyeur, l'entreprise FFF Entreprises. Toutefois, le montant du remboursement risque d'être bien inférieur à celui d'achat. 

Heureusement, tout le monde n'a pas fait la même erreur. L'Oklahoma et l'Utah sont les deux seuls Etats américains à avoir choisi d'acheter des stocks d'hydroxychloroquine. L'Utah avait toutefois fini par annuler sa commande au dernier moment. Les autres Etats américains, eux, s'étaient arrangés pour obtenir des pilules grâce à des dons. Un choix bien avisé!