Organisée pendant le dernier week-end de février, soit juste avant que le covid-19 ne soit officiellement détecté sur le sol américain, cette conférence a probablement été un événement "super-contaminateur".

Une chercheuse explique que le moment où la conférence a eu lieu était crucial: "Elle s’est passée juste au moment où nous commencions collectivement à prendre conscience de la menace imminente de COVID chez nous - si cela avait été une semaine plus tard, l’événement aurait probablement été annulé”.

Au départ, seuls 99 cas de coronavirus avaient pu être liés à la conférence. Mais une nouvelle étude suggère un nombre bien plus important : environ 20.000 cas de covid-19 dans quatre comtés du Massachusetts, et ce jusqu'à début mai.

L'équipe de chercheur a analysé les séquences génétiques du virus chez plus de 700 patients. Grâce aux différentes mutations, ils ont été en mesure d'identifier plus de 80 génomes différents du covid-19, provenant pour la plupart d'autres régions des Etats-Unis, ou d'Europe. Pour 289 des patients étudiés, soit plus d'un tiers des cas, il a été possible de retracer la source de leur contamination jusqu'à l'événement organisé à Boston.