Le plan a été adopté à 8 voix contre 1 par le conseil municipal de cette ville de 75.000 habitants dans l'Illinois, au bord du lac Michigan. Il prévoit de distribuer 400.000 dollars d'un fonds de 10 millions de dollars, généré par les revenus de la taxe sur la marijuana, à un maximum de 16 familles qui pourront l'utiliser pour se loger.

Pour la conseillère municipale Robin Rue Simmons, architecte de ce programme, il s'agit d'une "première étape" après des années de discussion et de contributions des habitants.

"Cette initiative n'est pas une réparation complète. Nous savons tous que le chemin de la réparation et de la justice dans la communauté noire va être le travail d'une génération. Il y aura de nombreux programmes et initiatives et davantage de financement", a-t-elle expliqué.

Dans le cadre de ce plan, les résidents qui remplissent les conditions requises recevront 25.000 dollars qu'ils pourront utiliser pour améliorer leur logement ou obtenir une aide hypothécaire.

Pour être admissibles, ils doivent être descendants d'une personne noire ayant vécu à Evanston entre 1919 et 1969 et ayant souffert de pratiques discriminatoires en matière de logement, notamment de "redlining" - refus injuste de services tels que des prêts - de la part du gouvernement et des banques.

Cette initiative est suivie de près aux Etats-Unis. Elle pourrait devenir un modèle pour d'autres régions du pays, où la lutte contre l'injustice raciale est devenue une priorité politique.

Mme Rue Simmons a déclaré que la ville était prête à faire face à toute contestation juridique. Des groupes d'action civique et des cabinets d'avocats internationaux sont "prêts à nous fournir une défense juridique pro bono dans le cas où nous aurions à nous rendre au tribunal", a-t-elle affirmé.

Le maire d'Evanston, Steve Hagerty, qui a animé la réunion, a déclaré qu'il s'attendait à ce que les familles commencent à demander les fonds cet été.