"La Sécurité intérieure (les forces fédérales, NDLR) ne quittera pas Portland tant que la police locale n'aura pas achevé le nettoyage (de la ville) des anarchistes et des agitateurs! ", a tweeté M. Trump. Les agents fédéraux avaient été envoyés à Portland à la suite de nombreuses manifestations notamment antiracistes organisées dans cette ville.

Mercredi, la gouverneure démocrate de l'État de l'Oregon, Kate Brown, avait pourtant annoncé le retrait de ces troupes en accord avec la présidence. "Après des discussions avec le vice-président et des responsables de l'administration, le gouvernement fédéral a accepté ma demande et va commencer à retirer ses agents", avait ainsi communiqué Mme Brown.

La mort de George Floyd, quadragénaire noir asphyxié le 25 mai à Minneapolis par un policier blanc, a déclenché dans tous les États-Unis d'énormes manifestations antiracistes. La mobilisation s'est considérablement affaiblie mais des poches de contestation ont persisté, notamment à Portland, une ville nettement marquée à gauche et avec une forte histoire contestataire.

Le déploiement d'agents fédéraux, parfois issus des douanes ou de la police aux frontières et arborant toute une panoplie militaire, a eu pour effet de durcir le mouvement à Portland.