Le ministre espagnol des Affaires étrangères, Josep Piqué, qui s'exprimait au nom de l'Union européenne, a lancé mardi devant la Commission des droits de l'homme à Genève un , une Nigériane menacée de mort par lapidation pour adultère.

"Nous exigeons des autorités nigérianes qu'elles évitent définitivement cette incroyable cruauté", a lancé le ministre, qui venait d'exprimer la position européenne sur les discriminations à l'encontre des femmes et pour "le respect de leur dignité et de leur liberté". "Le cas de Safiya Husaini est un exemple flagrant" de ce non-respect, a-t-il déclaré.

La Cour d'appel islamique de l'Etat de Sokoto (nord du Nigeria) a ajourné lundi au 25 mars le jugement dans l'affaire de cette Nigériane qui a fait appel d'une décision de justice la condamnant à la peine de mort par lapidation pour adultère.

Le ministre espagnol a rappelé la position de l'UE pour l'abolition de la peine de mort et de la torture, "deux priorités absolues" pour l'Union, a-t-il dit.

Le ministre a également évoqué la nécessité de la lutte internationale contre le terrorisme dans le respect des droits fondamentaux universels, une préoccupation pour de nombreuses ONG.

"La lutte contre cette menace à la liberté de tous doit être assumée sans réserve par tous (...). Cela dit, ce combat doit être conduit en respectant pleinement les droits et libertés universelles fondamentales d'un Etat de droit", a déclaré le ministre.

Enfin le chef de la diplomatie espagnol a rendu hommage à Mary Robinson, Haut Commissaire aux droits de l'homme, qui a annoncé lundi qu'elle ne briguerait pas un nouveau mandat en septembre. "Son travail est digne d'éloges et elle mérite les remerciements de l'Union européenne pour son dévouement et son engagement moral", a-t-il ajouté.

La Commission des droits de l'homme s'est ouverte lundi à Genève et tient sa session annuelle pendant six semaines.