International

Mohamed Ramousi est un théologien musulman belge très préoccupé par l’évolution de l’islamophobie mais qui cultive avec force le souci d’une citoyenneté mieux partagée. Il y a d’ailleurs consacré un livre au titre explicite : "Citoyenneté : clef d’une contribution civilisationnelle des musulmans d’Europe".

La gravité des faits de Paris vous inquiète… Notamment à propos de la manière dont l’opération a été menée.

Oui, il faut se poser la question s’il s’agissait d’anciens combattants de Syrie ou non. La manière dont ils ont opéré avec des armes lourdes nous incite à se le demander. Si c’était le cas, on ne peut qu’espérer que ce ne soit pas le début d’autres attentats, y compris chez nous. Et si ce n’était pas le cas, il faut sérieusement s’atteler à combattre une série de personnes qui, en rupture avec la société, font passer leur haine en se référant faussement à la religion. On a tardé à agir car parallèlement les responsables à divers niveaux n’ont pas vu ou voulu voir qu’on était au bord de l’explosion. Il est urgent que l’Etat à tous ses niveaux apaise les tensions.

Mais cela ne revient-il pas aussi aux responsables religieux ?

En raison de la grande fragmentation de l’islam, les imams, les prédicateurs, les professeurs peuvent y contribuer là où ils se trouvent mais on n’est pas à l’abri de loups solitaires. Certains événements récents auraient déjà dû entraîner une plus grande prise en charge des périls par les pouvoirs publics et une meilleure explication de ce qu’est vraiment l’islam. Hélas, le mal est commis : tout le monde a entendu les meurtriers de Paris crier qu’ils avaient agi au nom d’Allah. Je crains que cela porte atteinte de manière historique à l’émancipation musulmane en Occident. Notre pays est hélas en première ligne : quand Paris s’enrhume, Bruxelles éternue…

Il faut expliquer, réexpliquer que ça n’a rien à voir avec l’islam…

Oui, le Coran le dit clairement : "Quiconque tue un homme tue l’humanité" mais aussi "Celui qui sauve un seul homme, c’est comme s’il avait sauvé l’humanité tout entière"… La mort telle qu’elle a été semée à Paris n’a rien à voir avec l’islam : certains cherchent à légitimer leur haine de la société.

Cela ne va pas apaiser l’islamophobie.

Il y a un climat terriblement hostile aux musulmans qui gangrène et met à mal les efforts menés depuis des années pour développer un islam européen reposant sur la multiculturalité et sur le pluralisme.

Comment pourrait-on aider les imams ?

Ils doivent en tout cas être mieux soutenus par les structures. L’Exécutif des musulmans devrait publier une brochure qui mette les choses au point avec de vrais arguments théologiques qui montrent qu’on n’est pas dans ce terrorisme face à des "fous de Dieu", que cette violence n’est pas une quête de piété. En même temps, je dois aussi répéter qu’on attend autre chose du gouvernement que des stigmatisations et des condamnations. On n’a pas abouti avec Joëlle Milquet mais cela s’est encore aggravé avec certains ministres ou députés de la majorité actuelle. Il faut une logique bien plus pro-active des décideurs et garder à l’esprit que proportionnellement la Belgique est "à la pointe" du nombre de volontaires partis en Syrie. Plus que jamais et très vite, il faut faire montre de lucidité…