"Pendez-les", "Ils ont ravagé notre ville"...: la colère enfle à Beyrouth depuis les explosions

Le pouvoir se donne quatre jours pour trouver les responsables du drame. Le président Macron appelle la classe politique à "de profonds changements". La faim menace désormais Beyrouth.

Lafond Jenny
La colère enfle dans les rues de Beyrouth. Un hashtag, "Pendez-les", circule depuis mercredi sur les réseaux sociaux, les Libanais appelant à se révolter contre les dirigeants du pays, jugés responsables de la catastrophe qui a endeuillé la capitale et ses environs. "Ça suffit, plus de pardon, plus d’excuses, en quelques minutes et surtout trente ans de corruption et d’incompétence, ils ont ravagé notre ville", témoigne, en colère, Roula, une habitante de Beyrouth qui a perdu plusieurs de ses amis dans le drame. Nombre de Libanais ont d’ailleurs profité de...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité