Des femmes ouïghoures témoignent des violences subies dans leurs entrailles: "Un médecin belge m’a appris que j’avais été stérilisée en Chine. Je l’ignorais…"

Stérilisations, contraceptions, avortements forcés: quatre femmes ouïghoures, réfugiées en Belgique, ont accepté de raconter ce qu'elles ont vécu au Xinjiang.

Des femmes ouïghoures témoignent des violences subies dans leurs entrailles: "Un médecin belge m’a appris que j’avais été stérilisée en Chine. Je l’ignorais…"
©SABINE VERHEST
Rehangul a le ventre bien arrondi déjà, sous sa chemise brodée de fleurs. Enceinte, elle ne pensait plus l’être, mais la vie qui lui avait été retirée en Chine a fini par trouver son chemin. En Belgique. Rehangul, réfugiée de 44 ans, a de la verve et un sourire malicieux. Mais quand elle se remémore...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité