Explosions à Beyrouth: la ministre libanaise de l'Information démissionne, nouveaux appels à manifester

La ministre de l'Information libanaise, Manal Abdel Samad, a annoncé dimanche qu'elle quittait le gouvernement, première démission du genre après l'explosion meurtrière et dévastatrice du port de Beyrouth qui a traumatisé l'opinion publique et alimenté la colère contre l'incurie des dirigeants.

AFP
Explosions à Beyrouth: la ministre libanaise de l'Information démissionne, nouveaux appels à manifester
©AFP

"Après l'énorme catastrophe de Beyrouth, je présente ma démission du gouvernement", a déclaré la ministre lors d'une brève allocution télévisée. "Je m'excuse auprès des Libanais, nous n'avons pas pu répondre à leurs attentes." La déflagration d'une violence inouïe a été causée selon le gouvernement par 2.750 tonnes de nitrate d'ammonium stockées depuis six ans au port de Beyrouth "sans mesures de précaution" de l'aveu même du Premier ministre Hassan Diab. Elle a creusé un cratère de 43 mètres de profondeur, d'après une source de sécurité.

Les recherches pour retrouver 21 personnes toujours disparues se poursuivent dans le champ de ruines qu'est devenu le port, après l'explosion de mardi qui a fait 158 morts et 6.000 blessés selon un dernier bilan du ministère de la Santé.

Dans un Liban déjà mis à genoux par une crise économique inédite aggravée par l'épidémie de Covid-19, la rage augmente au sein d'une opinion publique traumatisée. Des quartiers entiers de la capitale sont dévastés et des centaines de milliers de Beyrouthins sont sans-abri, dormant parfois dans des maisons à moitié écroulées.

Cette tragédie de trop illustrant l'incurie du pouvoir a redonné un nouveau souffle à la contestation déclenchée fin 2019. Dimanche, des appels à manifester circulent sur les réseaux sociaux, pour des rassemblements en début d'après-midi sur l'emblématique place des Martyrs, au coeur d'un Beyrouth sinistré.

Explosions à Beyrouth: la ministre libanaise de l'Information démissionne, nouveaux appels à manifester
©AFP