Après l'explosion de Beyrouth, le spectre de l’exil des habitants du Liban

Niché dans une région tourmentée, caractérisé par une histoire tumultueuse, le Liban est autant un pays d’immigration que d’émigration. Terre d’accueil de 1,5 million de Syriens et de 30 000 Palestiniens, il compte parmi les pays qui accueillent le plus de réfugiés au monde. Et affiche en même temps une diaspora près de trois fois plus importante (15,4 millions de personnes) que sa population (environ 6,5 millions). Après la dramatique explosion du 4 août, qui a exacerbé les maux politiques et économiques de l’État du cèdre, une jeunesse libanaise à bout d’espoir et des réfugiés à bout de souffle pourraient-ils être tentés de prendre la route, notamment en direction de l’Europe ?

Aftermath of massive explosion in Beirut
©Reporters / DPA
Niché dans une région tourmentée, caractérisé par une histoire tumultueuse, le Liban est autant un pays d’immigration que d’émigration. Terre d’accueil de 1,5 million de Syriens et de 30 000 Palestiniens, il compte parmi les pays qui accueillent le plus de réfugiés au monde. Et affiche en même temps une diaspora près de trois fois plus importante (15,4 millions de personnes) que sa population (environ 6,5 millions). Après la dramatique explosion du 4 août, qui a exacerbé les maux politiques et économiques de l’État du cèdre, une jeunesse libanaise à bout d’espoir et des réfugiés à bout de souffle pourraient-ils...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet