La vente de F-35 aux Émirats, fruit amer de la normalisation pour Israël

Depuis qu’Israël et les Émirats arabes unis ont annoncé un accord de normalisation sous le parrainage des États-Unis, un dossier sensible est revenu à l’avant-plan : celui de la vente d’avions de combat F-35 au très riche État pétrolier du Golfe persique.

La vente de F-35 aux Émirats, fruit amer de la normalisation pour Israël
©AFP
Cela fait des années que les Émirats tentent d’obtenir ce joyau dernier cri de la technologie militaire américaine, considéré comme indécelable par les radars. La difficulté, c’est qu’Israël - qui en dispose déjà depuis fin 2016 - est réticent à laisser les pays arabes de la région acquérir des technologies avancées, en particulier militaires, qui pourraient un jour se retourner contre lui. Et la supériorité...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet