Au Liban, les collectifs citoyens poursuivent leur "révolution": "L’urgence est économique. On a faim, notre État est en faillite"

Un an pile après le début de la contestation, les militants anti-pouvoir refusent de baisser les bras.

Philippine de Clermont-Tonnerre
Manifestation à Beyrouth
©BELGAIMAGE
On ne laissera pas tomber la révolution !" soutient derrière un masque en tissu fleuri Bouchra Boustany, une activiste de la première heure. "Ce qu’on a commencé, on va le terminer, jusqu’à ce qu’on ait des résultats", maintient cette trentenaire, membre de Minteshreen ("du mois d’octobre" en arabe), un des nombreux groupes formés dans le sillage...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité