La communauté internationale suit l'UE et sanctionne des responsables chinois pour leur rôle dans la répression des Ouïghours

Après l'UE, le Royaume-Uni, le Canada et les Etats-Unis ont aussi annoncé des sanctions.

La communauté internationale suit l'UE et sanctionne des responsables chinois pour leur rôle dans la répression des Ouïghours
©AP
AFP

Le Royaume-Uni a pris lundi des sanctions contre quatre hauts responsables chinois pour leur rôle dans les violations des droits humains dans la région du Xinjiang, en particulier contre la minorité musulmane ouïghoure, a annoncé le chef de la diplomatie britannique Dominic Raab.

Ces sanctions britanniques, prises en concertation avec l'UE, Etats-Unis et Canada, visent également une entité publique chargée de la sécurité dans certaines zones du Xinjiang. Elles incluent interdiction d'entrée sur le territoire britannique et gels d'avoirs, a précisé le ministre britannique des Affaires étrangères, avertissant Pékin que la communauté internationale ne "fermerait pas les yeux" sur des "violations aussi graves que systématiques".

Les Etats-Unis ont annoncé lundi des sanctions contre deux responsables chinois, pour leur rôle dans les "graves violations des droits humains" à l'encontre de la minorité musulmane ouïghoure de la région autonome chinoise du Xinjiang. "Les autorités chinoises continueront de subir des conséquences tant que des atrocités ont lieu au Xinjiang", a prévenu dans un communiqué la responsable du secrétariat au Trésor qui supervise les programmes de sanctions, Andrea Gacki.

Selon Washington, Wang Junzheng et Chen Mingguo sont associés à de "graves violations des droits humains", dont "des détentions arbitraires et une grave maltraitance physique".

La décision américaine intervient après l'annonce d'un accord des Etats membres de l'Union européenne visant à sanctionner quatre personnes et une entité chinoises, également pour les violations au Xinjiang, qui doit toutefois encore être approuvé à l'unanimité lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE lundi prochain.

Les sanctions américaines "complètent" celles de l'UE et du Canada, précise le secrétariat au Trésor, qui souligne que les Etats-Unis "continueront de mener avec force les efforts mondiaux pour lutter contre les graves violations des droits humains au Xinjiang et partout dans le monde".

La Chine a rétorqué lundi à l'annonce européenne en détaillant des sanctions contre dix Européens, dont des parlementaires et des universitaires, et contre quatre organisations.

Les organisations de défense des droits humains accusent la Chine d'avoir fait interner jusqu'à un million de musulmans Ouïghours, dans des camps du Xinjiang.

La Chine dément catégoriquement et affirme que les "camps" sont des "centres de formation professionnelle" destinés à éloigner la population de l'extrémisme religieux et du séparatisme, après de nombreux attentats meurtriers commis contre des civils par des Ouïghours.