"Dans ce camp chinois, c'est comme si mon frère était devenu un fantôme. Mes parents ne l'ont même pas reconnu"

D'après Rayhan Asat, "le gouvernement chinois veut tuer le peuple ouïghour à petit feu".

"Dans ce camp chinois, c'est comme si mon frère était devenu un fantôme. Mes parents ne l'ont même pas reconnu"
©DR
Jacques Besnard
Il y a cinq ans, en avril 2016 plus précisément, Ekpar Asat a disparu du jour au lendemain. Le jeune ouïghour, minorité turcophone et musulmane en Chine, rentrait dans la province du Xinjiang après un séjour aux Etats-Unis durant lequel il avait participé à programme prestigieux destiné à former les futurs leaders de la planète. Pendant des mois, ses proches n'ont pas eu de nouvelles, jusqu'à ce...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet