Dans la vallée du Panshir, la seule région d'Afghanistan qui échappe au contrôle des talibans, la résistance s'organise: "Nous restons seuls debout, nous ne céderons jamais"

Dans la vallée du Panshir, la seule région d'Afghanistan qui échappe au contrôle des talibans, la résistance s'organise: "Nous restons seuls debout, nous ne céderons jamais"
© dr
De vieux chars soviétiques rouillent à son entrée. Des pancartes célèbrent le héros de la résistance, Ahmed Shah Massoud, assassiné par Al-Qaïda le 9 septembre 2001. Voilà la vallée du Panshir, un étroit défilé qui grimpe vers des villages tapis sur le versant des montagnes. Jamais l'armée soviétique, ni les talibans entre 1996 et 2001 n'ont réussi à y pénétrer. Et aujourd'hui encore, la vallée du Panshir refuse de se soumettre. Elle est, au nord-est de Kaboul, à trois heures et demie en voiture de la capitale et en bordure du massif de l'Hindu Kush, la seule région d'Afghanistan à rester hors de portée des fondamentalistes.

C'est de cette vallée que l'unique fils, Ahmad Massoud, a décidé de reprendre le combat de son père. Même attitude féline, le légendaire pakol vissé sur la tête, cet homme de trente-deux ans formé à l'académie militaire de Sandhurst au Royaume-Uni, a annoncé le 16 août dans une lettre adressée à La Règle du Jeu, le magazine dirigé par Bernard Henri Lévy, qu'il prenait, depuis le Panshir, la tête de la résistance contre les talibans.

"Nous ne céderons jamais", dit Ahmad Massoud
...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet