Un étudiant britannique voulait passer des vacances dangereuses et se retrouve coincé en Afghanistan : "Un défi qui a mal tourné"

Le jeune homme raconte son expérience sur les réseaux sociaux, où il est connu comme Lord Miles.

Un étudiant britannique voulait passer des vacances dangereuses et se retrouve coincé en Afghanistan : "Un défi qui a mal tourné"
© D.R./AFP

Miles Routledge, étudiant en physique à l'Université de Loughborough (Angleterre), cherchait cet été à passer des vacances hors du commun. Et le moins que l'on puisse dire c'est qu'il a été servi.

En effet, le jeune homme de 22 ans s'est retrouvé coincé à Kaboul où il est arrivé le 13 août en provenance de Turquie. Il devait repartir le 19 août, pensant encore au moment d'embarquer que la (re)conquête du pays par les talibans serait bien moins rapide. Ainsi, dimanche il partageait encore confiant : " Les agences de renseignement montrent que la capitale peut être reprise dans 30 jours ; mais pas dans quelques jours ". Et fanfaronnait: "De plus, si je me trompe et que je meurs, éditez une bande-son riante sur mes messages. Ce sera drôle, je pense".

Quelques heures plus tard, la capitale tombait entre les mains des talibans et le Britannique a finalement vécu la chute de Kaboul depuis l'intérieur.

La recherche du danger

Selon les vidéos que le streamer a postées cette année sur ses chaînes Twitch et 4chan, ce qui l'a amené à partir en Afghanistan n'est autre que la recherche du danger. "Je me suis dit "quel est le pays le plus fun où je pourrais aller, qui n'est pas ennuyeux et qui serait différent?Je ne veux pas aller à Londres ou en Espagne. J'ai cherché les dix pays les plus dangereux du monde, puis je me suis servi de ça comme d'une to-do list. L'Afghanistan se trouvait en premier sur cette liste" , y explique-t-il avant de raconter les préparatifs de ce voyage un peu fou. "J'ai envoyé des messages à des gens, regardé des vidéos YouTube et c'était parti. J'ai pensé que tant que le Royaume-Uni et les Etats-Unis y étaient présents, je ne craignais rien. Et puis se prélasser en Afghanistan... ça sonnait bien!

Pas de regrets

D'après euronews.travel, il aurait contacté l'ambassade du Royaume-Uni ainsi que des représentants gouvernementaux sans réponse, et se serait d'abord réfugié dans une maison des Nations Unies avec d'autres ressortissants étrangers. Depuis cet endroit, Lord Miles a continué à donner des nouvelles à ses followers et dit ne rien regretter malgré le cauchemar qu'il est en train de vivre. "J'ai effectivement vu un peu gros, ce qui m'a conduit à cette situation. Je connaissais les risques, c'est un pari que je me suis lancé et qui a mal tourné, malgré ma confiance et mes blagues", a-t-il admis. "Je pense que je ne dormirai pas ce soir, j'ai vu trop de morts. Je voulais que ce périple soit une petite action de charité durant laquelle je visite un pays différent du mien, mais maintenant, je suis mentalement effondré", a-t-il conclu.

Après une dizaine d'heures sans s'être connecté, mardi matin, Miles Routledge indiquait qu’il avait réussi à prendre un vol pour Dubaï avec une centaine d’autres civils.