Afghanistan: les ministres des Affaires étrangères de l'Otan se réuniront vendredi

Les ministres des Affaires étrangères des pays de l'Otan tiendront vendredi une réunion par visioconférence pour discuter de la situation en Afghanistan, a annoncé mercredi le secrétaire général de l'Alliance, Jens Stoltenberg.

Afghanistan: les ministres des Affaires étrangères de l'Otan se réuniront vendredi
©AP

Cette réunion extraordinaire, convoquée alors que les Occidentaux accélèrent leurs opérations d'évacuation à Kaboul, sera destinée "à maintenir une étroite coordination et à discuter d'une approche commune sur l'Afghanistan" après la prise du pouvoir par les talibans, a indiqué le dirigeant norvégien sur Twitter.

Elle intervient après une première rencontre mardi des ambassadeurs des Etats membres de l'Otan, et alors que les Occidentaux accélèrent leurs opérations d'évacuation à l'aéroport de Kaboul dans des conditions difficiles.

Les forces de l'Alliance atlantique ont été surprises par "l'effondrement politique et militaire des dernières semaines, avec une rapidité qui n'avait pas été anticipée", avait commenté mardi Jens Stoltenberg devant la presse, appelant à "en tirer les leçons".

Les Etats-Unis et l'Otan avaient entamé début mai le retrait de leurs 9.500 soldats présents en Afghanistan, dont 2.500 militaires américains, mais l'Alliance est désormais sous pression face à la rapide victoire des talibans.

Armin Laschet, dirigeant du parti conservateur allemand d'Angela Merkel et candidat à sa succession à la chancellerie, a fustigé "la plus grosse débâcle (...) de l'Otan depuis sa création" en 1949.

Pour autant, "c'est l'échec des autorités afghanes qui a conduit à la tragédie que nous voyons aujourd'hui", a insisté mardi M. Stoltenberg.

Le secrétaire général de l'Alliance a également appelé les talibans à ne pas entraver les opérations d'évacuation en cours.

D'après un responsable de l'Otan mardi, un millier d'employés afghans et membres de leurs familles devaient être évacués depuis Kaboul. La plupart doivent être transportés vers un pays tiers où ils recevront un visa pour rejoindre un Etat membre de l'alliance.

Environ 800 civils travaillant pour l'Otan sont par ailleurs restés sur place pour assurer des "fonctions cruciales", dans le trafic aérien, la gestion des carburants et communications.

Sur le même sujet