Des ONG appellent Biden à repousser le départ des soldats américains d'Afghanistan

Plusieurs organisations de défense des droits humains ont appelé vendredi Joe Biden à repousser la date butoir du retrait américain le 31 août, que le président n'envisage pour le moment de reporter que s'il reste encore des citoyens américains à évacuer.

Des ONG appellent Biden à repousser le départ des soldats américains d'Afghanistan
© AFP

"Nous voulons savoir si les Etats-Unis prévoient toujours d'évacuer Kaboul le 31 août", a déclaré au cours d'une conférence de presse Sarah Holewinski, directrice du bureau de Washington de Human Rights Watch.

Compte tenu du rythme actuel des évacuations, les dizaines de milliers d'Afghans à risque ne pourront pas sortir du pays à temps, a-t-elle ajouté à quelques heures d'une conférence de presse du président américain sur le sujet.

"Nous espérons que le président Biden annoncera un report du départ des forces américaines, pour que davantage d'Afghans à risque puissent être évacués", a-t-elle ajouté.

Participant à la conférence de presse virtuelle depuis un lieu non identifié, la présidente de la Commission indépendante des droits humains d'Afghanistan, Shaharzad Akbar, a exprimé l'amertume des Afghans qui se sentent abandonnés par Washington.

"La crainte, c'est qu'aussitôt que les étrangers, que les Occidentaux seront évacués, l'aéroport sera (...) remis aux talibans et les gens se retrouveront à la merci des talibans", a-t-elle dit. "Il y aura un massacre".

Mme Akbar a souligné que sur les 30 employés de son organisation qu'elle tente de faire évacuer et qui disposent de tous les documents nécessaires pour quitter le pays, aucun n'est parvenu à ce jour à entrer dans l'enceinte de l'aéroport.

Joe Biden n'a pas exclu mercredi de devoir maintenir des soldats américains à l'aéroport de Kaboul au-delà de la date butoir du 31 août si tous les ressortissants américains encore présents dans le pays ne sont pas évacués d'ici là.

"Nous déterminerons le moment venu qui est encore là-bas", a déclaré le président américain à la chaîne ABC. "S'il y a encore des citoyens américains, nous resterons pour les faire sortir", a-t-il ajouté, sans préciser les intentions américaines concernant les Afghans qui n'auraient pas réussi à gagner l'aéroport de Kaboul d'ici là.

Sur le même sujet