Après une interruption de plusieurs heures, les évacuations américaines ont repris à Kaboul

Après une interruption de plusieurs heures, les évacuations américaines ont repris à Kaboul
© afp
afp

Les opérations américaines d'évacuation de milliers de civils de Kaboul ont repris vendredi après plusieurs heures d'interruption en raison de la saturation de certaines bases américaines dans la région, notamment au Qatar, a indiqué un haut responsable du Pentagone.

"Les vols ont repris et les vols militaires américains à destination du Qatar et d'autres lieux décollent, et d'autres vols décollent à destination de Kaboul à l'heure où je vous parle", a déclaré à la presse le général Hank Taylor, de l'état-major américain. Il a précisé que certains vols seraient dirigés vers l'Allemagne, où les Etats-Unis disposent de nombreuses bases militaires.

Les évacuations de civils avaient été suspendues pendant plusieurs heures à l'aéroport de Kaboul. "Il y a eu une période considérable aujourd'hui (...) pendant laquelle il n'y a eu aucun départ", a déclaré à la presse le général Dan DeVoe, du commandement militaire chargé du transport aérien, Air Mobility Command. "Depuis une demi-journée, le rythme est beaucoup plus lent", a-t-il admis. Le problème, a-t-il expliqué, "est de faire partir les gens d'Afghanistan à destination des ISBS", les bases intermédiaires des Etats-Unis dans la région, plus particulièrement au Qatar et au Koweït.

Le général DeVoe a confirmé que le problème était de "gérer les capacités" sur ces bases militaires peu équipées pour accueillir des milliers de réfugiés. Le département d'Etat a été critiqué pour sa gestion bureaucratique de la crise, qui voit des milliers de personnes âgées et d'enfants attendre pendant plusieurs jours dans des conditions précaires les documents qui leur permettront de quitter ces bases intermédiaires pour atteindre les Etats-Unis.

Des témoignages d'Afghans évacués vers le Qatar font état de centaines de personnes dormant à même le sol dans des hangars à avions pendant plus de trois nuits d'affilée, dans une chaleur suffocante et disposant d'un accès très limités à des toilettes ou des douches.

Sur le même sujet