Malgré les appels de plusieurs pays, Washington ne prolongera pas sa mission au-delà du 31 août en Afghanistan

Les Européens attendaient des garanties de la part des États-Unis, dont ils sont totalement dépendants pour espérer poursuivre ces rapatriements depuis l’aéroport de la capitale. Espoir rapidement douché.

L’extension de la mission des 6 000 soldats américains, qui assurent la sécurité de l’aéroport de Kaboul, au-delà de la date butoir du 31 août fixée par Washington, était au cœur de la réunion des pays du groupe des sept (G7 - Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon, Royaume-Uni), convoquée mardi par le Premier ministre britannique Boris Johnson. Depuis la prise de pouvoir des talibans en Afghanistan,...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité