Alors que plusieurs pays mettent fin à leurs opérations, Washington assure que les évacuations d'Afghanistan continueront jusqu'au 31 août

A la confirmation de Joe Biden de quitter le territoire afghan comme prévu au 31 août, plusieurs pays occidentaux, dont la Belgique, on décidé d'arrêter leurs missions d'évacuation.

Alors que plusieurs pays mettent fin à leurs opérations, Washington assure que les évacuations d'Afghanistan continueront jusqu'au 31 août
© AP
AFP

Les évacuations d'Afghanistan vont continuer "jusqu'à la fin de la mission" américaine prévue le 31 août, a affirmé jeudi le ministère américain de la Défense, démentant qu'elles puissent se terminer "dans 36 heures".

"Nous continuerons à évacuer autant de personnes que possible jusqu'à la fin de la mission", a tweeté le porte-parole du Pentagone John Kirby. "Les opérations d'évacuation de Kaboul ne vont pas prendre fin dans 36 heures", a-t-il assuré.

Les soldats américains, qui sécurisent l'aéroport de la capitale afghane, doivent avoir quitté l'Afghanistan d'ici mardi, date butoir de leur retrait total fixée et confirmée par le président Joe Biden. Le retrait, pour être achevé à ce moment-là, devra commencer avant, rendant plus complexes les évacuations d'étrangers et d'Afghans considérés en danger depuis la prise du pouvoir par les talibans mi-août.

Le rythme des départs, qui n'avait cessé de s'accélérer ces derniers jours, a commencé à ralentir.

Selon un bilan de la Maison Blanche jeudi matin, 13.400 personnes ont été évacuées au cours des 24 dernières heures (5.100 à bord de 17 avions militaires américains et 8.300 sur 74 avions de la coalition). Depuis le début du pont aérien le 14 août, les Etats-Unis ont contribué à l'évacuation d'environ 95.700 personnes.

De nombreux pays alliés des Etats-Unis ont annoncé la fin imminente de leurs propres opérations. Certains, comme le Canada, ont déjà cessé leurs évacuations.

"Nos opérations d'évacuation ont cessé" il y a quelques heures, a annoncé jeudi un représentant du ministère de la Défense canadien, le général Wayne Eyre, lors d'un point presse. "Il y a huit heures le dernier vol a quitté le pays" et il ne reste sur place qu'"une petite équipe de liaison sur le terrain", a-t-il ajouté évoquant des circonstances sur place qui "se sont rapidement détériorées". Plusieurs pays occidentaux ont appelé leurs ressortissants à s'éloigner au plus vite de l'aéroport de Kaboul en raison de menaces "terroristes".

<

Sur le même sujet