Afghanistan: "Deux cibles importantes" de l'EI tuées et une troisième blessée dans les frappes américaines, annonce le Pentagone

Les Etats-Unis ont mené une frappe de drone contre une cible du groupe Etat islamique en Afghanistan samedi, au moment où le pont aérien entrait dans une phase finale d'extrême tension, entre risques persistants de nouveaux attentats et passe d'armes médiatique talibans/Américains à propos de l'aéroport.

La Rédaction avec Belga et AFP

Après les attaques qui ont visé l'aéroport de Kaboul jeudi après-midi, causant la mort d'au moins 90 personnes dont 13 soldats américains, les évacuations occidentales se poursuivent. Ce samedi matin à l'aube, l'armée américaine a annoncé avoir mené une frappe de drone contre un "organisateur" de l'Etat islamique au Khorasan, le groupe terroriste qui a revendiqué les doubles explosions.

Suivez notre direct:

SAMEDI

19h09 : 90 morts dans les hôpitaux

Deux responsables sanitaires de l'ancienne administration afghane ont indiqué à l'AFP qu'environ 90 personnes amenées dans des hôpitaux de Kaboul étaient décédées, et 150 blessées. Certains médias locaux ont fait état d'un bilan de 170 morts.

17h18: Les frappes aériennes américaines ont tué "deux cibles importantes" et blessé une troisième

Les Etats-Unis ont tué deux cibles "de premier plan" de l'Etat islamique lors d'une frappe de drone en Afghanistan samedi, alors que l'évacuation des personnes cherchant désespérément à fuir le pays entrait dans sa phase finale. Ces dernières opérations aériennes sont d'autant plus délicates qu'elles se déroulent sous la menace de nouvelles attaques terroristes et alors que les talibans sont sur le point de prendre le contrôle de l'aéroport de Kaboul.

La frappe aérienne américaine sans pilote, qui s'est produite dans la province de Nangarhar (est de l'Afghanistan) n'a fait aucune victime civile, a déclaré le major général Hank Taylor lors d'une conférence de presse à Washington. Selon le porte-parole du Pentagone, John Kirby, les deux personnes tuées sont des "planificateurs et des facilitateurs" de l'Etat islamique au Khorasan (EI-K). "Le fait que ces deux individus ne marchent plus sur la surface de la Terre est une bonne chose", a-t-il ajouté.

Cette frappe est la première des Etas-Unis depuis l'attentat de jeudi, revendiqué par l'EI, qui a fait plus d'une centaine de morts, dont 13 soldats américains, selon un nouveau bilan établi de sources sanitaires.

16h51 : Macron s'exprimera lors du JT de 20h de TF1 dimanche en direct de l'Irak

Emmanuel Macron sera l'invité dimanche soir du journal télévisé de TF1, en marge de son déplacement en Irak, afin d'évoquer "la situation en Afghanistan et dans la région", a annoncé samedi la chaîne dans un communiqué. L'entretien du chef de l'Etat se déroulera depuis Erbil, la capitale de la région autonome du Kurdistan irakien. M. Macron se trouve actuellement en Irak pour un sommet régional où la crise afghane et la lutte contre l'Etat islamique occupent le devant de la scène.

Le président avait fait une allocution sur la situation en Afghanistan le 16 août, au lendemain de la prise de Kaboul par les talibans. Depuis, la France a mené deux semaines d'opérations d'évacuations, achevées vendredi soir. Au total, près de 3.000 personnes, dont 2.600 Afghans, ont été mises à l'abri, selon la ministre de la Défense Florence Parly.

14h57 : 6800 personnes évacuées de Kaboul au total ces dernières 24h

Quelque 6.800 personnes ont encore pu être évacuées de Kaboul au cours des dernières 24 heures, a annoncé samedi la Maison Blanche, alors que les missions militaires d'évacuations prennent fin. Samedi matin, environ 4.000 personnes ont pu quitter l'Afghanistan à bord de 32 avions affrétés pour cette mission par l'armée américaine, tandis que 2.800 autres ont été évacuées par les forces alliées.

Depuis le début de cette opération d'évacuation lancée mi-août, les États-Unis et leurs partenaires ont fait sortir quelque 112.000 personnes d'Afghanistan.

Par ailleurs, Washington entend retirer mardi au plus tard ses 5.000 soldats encore stationnés à l'aéroport de Kaboul, alors que la pression des talibans augmente autour de l'infrastructure aéroportuaire de la capitale afghane. Ce départ marquera la fin de la mission d'évacuation des citoyens occidentaux et des anciens collaborateurs afghans.

13h00: L'opération d'évacuation britannique s'achève samedi

L'opération d'évacuation de civils réalisée par le Royaume-Uni en Afghanistan prendra fin samedi, a déclaré le chef des forces armées britanniques, le général Nick Carter, avant le retrait des militaires. "Nous arrivons à la fin de l'évacuation, qui interviendra dans le courant de la journée, et il sera alors bien sûr nécessaire de faire sortir nos troupes dans l'avion restant", a-t-il dit sur BBC Radio 4. Selon lui, il n'y a plus désormais que "très peu" d'appareils évacuant encore des civils d'Afghanistan via l'aéroport de Kaboul, où sont massées des milliers de personnes dans l'espoir de quitter l'Afghanistan, tombé en août aux mains des talibans.

L'opération d'évacuation s'est déroulée "aussi bien que possible au vu des circonstances", a poursuivi le général Carter, "mais nous n'avons pas pu faire sortir tout le monde et c'est déchirant".

Le ministère de la Défense a assuré vendredi que plus de 14.500 personnes avaient été évacuées depuis le 13 août, dont environ 8.000 Afghans éligibles au programme destiné au personnel afghan employé localement par le Royaume-Uni. Il a précisé que désormais seuls les candidats au départ dont les cas avaient déjà été traités seraient exfiltrés, après la fermeture du centre de traitement à l'hôtel Baron, près de l'aéroport.

12h20: Les talibans rappellent les travailleuses du secteur des soins de santé

Deux semaines après sa prise de pouvoir en Afghanistan, le groupe islamiste ultraconservateur des talibans a appelé vendredi soir les travailleuses du secteur des soins de santé à reprendre le travail, alors que le porte-parole du nouveau régime taliban, Zabihullah Mujahid, avait déclaré plus tôt dans la semaine que toutes les femmes devaient désormais rester à la maison. Le ministère de la Santé demande à présent au personnel féminin actif à Kaboul et dans les provinces afghanes de reprendre son poste, a écrit sur Twitter le même Zabihullah Mujahid. L'annonce ne précise pas si la mesure se limite aux employées du secteur publique ou si celles travaillant dans le privé sont également concernées.

Au pouvoir entre 1996 et 2001, les talibans avaient interdit aux femmes de mener des études, mais également d'être traitées par des médecins masculins, restreignant ainsi grandement l'accès aux soins de ces dernières.

11h15: L'Italie, premier pays de l'UE pour le nombre d'Afghans évacués

Avec près de 5.000 personnes sorties d'Afghanistan, l'Italie a évacué plus d'Afghans que tout autre pays de l'Union européenne, a assuré samedi le ministre italien des Affaires étrangères. "Je veux remercier tous ceux qui ont oeuvré ces derniers jours à l'évacuation de près de 5.000 Afghans. Nous sommes le premier pays de l'Union européenne pour le nombre des ressortissants afghans évacués", s'est félicité Luigi di Maio à l'aéroport de Rome Fiumicino.

Le dernier avion du pont aérien mis en place par l'Italie est arrivé samedi matin avec à son bord 58 Afghans, ce qui porte à 4.900 le nombre des citoyens afghans évacués par l'Italie en quelques semaines. Les membres du personnel diplomatique et de sécurité qui étaient encore présents à Kaboul sont également rentrés samedi matin.

Rome espère désormais pouvoir exfiltrer d'autres Afghans avec le concours de l'Onu, des ONG et des États de la région.

3h40: Les Etats-Unis ont mené une frappe de drone contre un "organisateur" de l'EI

L'armée américaine a annoncé samedi matin avoir mené une frappe de drone contre un "organisateur" de l'Etat islamique au Khorasan (EI-K), la première opération officialisée depuis l'attentat à l'aéroport de Kaboul contre ce groupe qui l'a revendiqué.

"La frappe aérienne sans pilote s'est produite dans la province de Nangarhar en Afghanistan. Selon les premières indications, nous avons tué la cible", a précisé le commandant Bill Urban, du commandement central dans un communiqué.

"A notre connaissance, il n'y a eu aucune victime civile", a-t-il ajouté en annonçant cette première frappe de l'armée américaine depuis l'attaque survenue jeudi à l'aéroport de Kaboul.

3h00: Les Etats-Unis demandent à leurs ressortissants de quitter les abords de l'aéroport de Kaboul

L'ambassade des Etats-Unis à Kaboul a demandé vendredi aux ressortissants américains de quitter "immédiatement" les abords de l'aéroport dans une alerte de sécurité, au lendemain d'une attaque ayant fait au moins 85 morts.

"Les citoyens américains se trouvant en ce moment à Abbey Gate, East Gate, North Gate ou New Ministry of Interior Gate devraient partir immédiatement", a indiqué l'ambassade sur son site internet, sans donner plus de détails.

La veille de l'attentat de jeudi, une alerte similaire avait été émise.

"En raison des menaces pour la sécurité à l'aéroport de Kaboul, nous continuons à conseiller aux citoyens américains d'éviter de se rendre à l'aéroport et d'éviter les portes de l'aéroport", a rappelé l'ambassade.

Plus tôt vendredi, le porte-parole de l'armée américain John Kirby avait affirmé que la mission d'évacuation à l'aéroport de Kaboul faisait toujours face à "des menaces précises et crédibles".

1h55: la France a mis fin vendredi soir à ses évacuations

La France a mis fin vendredi soir à son pont aérien pour évacuer des Afghans menacés par les talibans de Kaboul vers Paris, ont annoncé la ministre des Armées et le chef de la diplomatie française.

"L'opération Apagan, déclenchée le 15 août à la demande du Président de la République, a pris fin ce soir", a tweeté Florence Parly.

Près de 3.000 personnes, dont une centaine de ressortissants français et plus de 2.600 Afghans menacés pour avoir travaillé pour la France ou pour leur engagement en faveur des droits humains, ont été évacués, a précisé l'état-major des Armées.

Ce pont aérien a dû être interrompu "les conditions de sécurité n’étant plus remplies sur l'aéroport" de Kaboul en raison du "désengagement rapide des forces américaines" qui auront quitté l'Afghanistan le 31 août, ont ajouté Florence Parly et Jean-Yves Le Drian dans un communiqué commun.

"L’équipe de l’ambassade de France à Kaboul a rejoint Abou Dabi avant de regagner la France", ont-ils ajouté, en remerciant "diplomates, militaires, policiers et l'ensemble des services de l’Etat" qui se sont mobilisés "sans relâche" pour permettre ces évacuations.

Sur le même sujet