Afghanistan : Doha espère voir des "corridors humanitaires" dans les aéroports afghans sous 48H

Le Qatar, en première ligne dans les négociations internationales avec les talibans au pouvoir en Afghanistan, espère voir s'ouvrir des "corridors humanitaires" dans les aéroports de ce pays d'ici 48 heures, a indiqué vendredi un haut responsable qatari à la télévision Al-Jazeera.

Afghanistan : Doha espère voir des "corridors humanitaires" dans les aéroports afghans sous 48H
©AP

"Nous espérons voir dans les prochaines 24 ou 48 heures l'ouverture de corridors humanitaires afin que l'aide humanitaire puisse entrer via l'aéroport de Kaboul et les autres aéroports qui fonctionnent", a indiqué depuis l'Afghanistan Mutlaq Al-Qahtani, envoyé spécial du ministre des Affaires étrangères.

Après avoir été mercredi le premier pays étranger à faire atterrir un avion sur le tarmac de l'aéroport de la capitale afghane depuis le départ des derniers responsables américains, l'émirat du Golfe avait confirmé jeudi travailler d'arrache-pied pour reprendre les opérations techniques des structures aéroportuaires.

Le Qatar est actuellement au coeur des attentions de la communauté internationale pour sa capacité à communiquer avec les nouveaux maîtres de Kaboul. Ce riche pays du Golfe avait en outre joué le rôle de médiateur dans le processus de paix entre le gouvernement afghan et les talibans avant la prise du pouvoir par les islamistes.

Les talibans ont fêté mardi leur victoire en Afghanistan au lendemain du départ des derniers soldats américains. Ce retrait a mis fin à 20 ans d'une guerre déclenchée par l'intervention d'une coalition internationale menée par les Etats-Unis pour chasser les talibans du pouvoir, dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001 sur le sol américain.

Le retour des islamistes au pouvoir a obligé les Occidentaux à évacuer dans la précipitation depuis l'aéroport de Kaboul leurs ressortissants et des Afghans susceptibles de subir des représailles de la part des talibans, notamment pour avoir travaillé pour les forces étrangères.