Le Qatar affrète un vol pour évacuer des athlètes afghanes de Kaboul

Des dizaines d'athlètes afghans, dont plusieurs femmes, ont quitté mercredi leur pays à bord d'un avion effectuant la liaison Kaboul-Doha, dans le cadre d'une série d'évacuations organisées par le gouvernement qatarien en coopération avec la FIFA.

Le Qatar affrète un vol pour évacuer des athlètes afghanes de Kaboul
©AFP

"Le vol comportait 369 passagers, dont plus de 55 personnes évacuées en coordination avec la FIFA", a déclaré un haut responsable qatari dans un communiqué.

Ces vols semi-réguliers affrétés par le Qatar sont devenus l'une des seules portes de sortie fiables pour les Afghans munis d'un visa ou considérés comme particulièrement menacés après la prise du pouvoir par les talibans.

Après des étudiants en musique et leurs professeurs le 5 octobre, c'était mercredi le tour des stars du sport féminin, dont la basketteuse Tahera Yousofi, d'Hérat - une ville de l'ouest -, attendue au Canada.

"C'est un très beau jour pour nous toutes, parce qu'après de nombreuses semaines d'attente, notre périple peut enfin commencer et nous sommes très heureuses", a dit cette athlète de 28 ans à l'aéroport.

"Le gouvernement taliban ne nous laisse pas jouer et ne nous laisse pas trouver un emploi et, malheureusement, nous devons quitter ce pays", a ajouté celle qui jouait jusqu'à cet été aussi bien en Afghanistan que dans des compétitions internationales.

Le sport toléré pour les hommes, interdit pour les femmes

Lorsque les talibans avaient gouverné l'Afghanistan de 1996 jusqu'à être chassés du pouvoir par une intervention militaire américaine en 2001, le sport était interdit. Depuis leur retour, il est partiellement toléré pour les hommes, mais strictement interdit aux femmes.

Aux côtés des athlètes se trouvaient aussi plusieurs familles, dont des Afghans résidant à l'étranger, en visite dans leur pays quand le retour au pouvoir des talibans en août les a pris de cours.

Sef et Zohra Amiri, 22 et 26 ans, qui vivent au Royaume-Uni, avaient ainsi prévu une visite de deux semaines. Elles se sont retrouvées piégées pendant deux mois en Afghanistan.

"Nous avons finalement reçu un appel téléphonique de l'ambassade britannique pour nous aider à sortir d'ici. Maintenant, nous pouvons enfin respirer et nous pouvons aller où nous voulons et faire ce que nous voulons", résume Zohra.

Les avions qatariens ont commencé le 31 août leurs vols et partent d'Afghanistan environ deux fois par semaine, transportant des centaines de passagers à chaque fois.

Avec le départ massif d'Afghans éduqués de la classe moyenne et de fonctionnaires de l'ancien gouvernement, les talibans redoutent une "fuite des cerveaux", qui pourrait ralentir la reconstruction de leur pays après 20 ans de guerre.

Mais les autorités talibanes ont dit qu'elles ne s'opposeraient pas à ces départs organisés par plusieurs pays.

Sur le même sujet