En Afghanistan, les talibans dissolvent la commission électorale : "Nous n'en avons pas besoin"

Les talibans ont dissous la commission électorale indépendante (IEC) d'Afghanistan, créée sous le précédent régime et chargée d'organiser les élections, a annoncé samedi à l'AFP un porte-parole du régime islamique selon qui ils n'en ont "pas besoin".

En Afghanistan, les talibans dissolvent la commission électorale : "Nous n'en avons pas besoin"
©AFP

Outre l'IEC, les talibans ont aussi ordonné cette semaine la dissolution de la Commission des plaintes électorales (ECC) et de deux ministères, celui pour la Paix et celui pour les Affaires parlementaires.

"Pour l'instant, nous n'avons pas besoin que ces deux ministères et ces commissions existent et fonctionnent. Si le besoin s'en faisait sentir, l'Emirat islamique (le nom donné par les talibans à leur régime, ndlr) pourrait les rétablir", a déclaré à l'AFP Bilal Karim, un porte-parole adjoint des talibans.

L'IEC avait été créée en 2006, quelques années après la chute du précédent régime taliban (1996-2001). Son rôle était d'organiser et de superviser les élections. A ce titre, l'IEC et ses employés avaient régulièrement été visés par des attentats menés par les talibans.

"Si cette organisation n'existe pas, je suis à 100% sûr que les problèmes de l'Afghanistan ne seront jamais résolus car il n'y aura pas d'élections", a déclaré à l'AFP Aurangzeb, qui dirigeait l'IEC jusqu'à la chute du précédent régime. Il a dénoncé une décision "prise à la hâte".

Un autre haut responsable du précédent régime, Halim Fidai, a estimé que cette décision montrait que "les talibans n'ont pas changé et qu'ils ne croient pas en la démocratie".

"Ils prennent le pouvoir par les balles et non par les urnes", a-t-il ajouté.

Les talibans ont pris le pouvoir le 15 août, renversant le précédent gouvernement soutenu par les Etats-Unis et leurs alliés alors que les troupes étrangères finissaient leur retrait hâtif du pays après deux décennies de présence.

Peu de temps après leur prise de pouvoir, les talibans avaient déjà remplacé le ministère des Affaires féminines par le redouté ministère de la Promotion de la vertu et de la Prévention du vice.