"Après, il ne restera que la mort" : le cri de désespoir afghan

Des Afghans sont prêts à vendre un enfant ou un rein pour survivre dans un pays en pleine crise humanitaire.

"Après, il ne restera que la mort" : le cri de désespoir afghan
©AP
Wilson Fache, envoyé spécial à Herat
Ils sont arrivés de loin, armés de tentes multicolores et d’enfants inconsolables, pour finalement échouer au bord de la route, à même le sol rocailleux. Depuis deux semaines, Abdul Wakeel, 50 ans, sa femme, Golafroz, et leurs trois enfants dorment sur une bâche grise dans le quartier de Bagh-e-Mellat, aux côtés de centaines d’autres familles. À Ghor,...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet