Crise au Kazakhstan: plus de 4000 arrestations et des dizaines de morts

Le point sur les derniers événements au Kazakhstan.

Crise au Kazakhstan: plus de 4000 arrestations et des dizaines de morts
©AP

Signe que la situation n'était pas revenue à la normale samedi au Kazakhstan, l'aéroport d'Almaty a indiqué qu'il resterait fermé au moins jusqu'à dimanche. Les autorités ont par ailleurs affirmé que 26 "criminels armés" avaient été tués et plus d'un millier de manifestants blessés, les forces de l'ordre faisant état de 18 tués et 748 blessés dans leurs rangs.

Plus de 4.000 personnes ont été arrêtées. Ces chiffres n'ont pas pu être vérifiés de manière indépendante.

Le Kazakhstan, plus grand pays d'Asie centrale, est ébranlé par une contestation qui a éclaté dimanche en province avant de s'étendre à d'autres villes et surtout à Almaty, la capitale économique, où les manifestations ont viré en émeutes chaotiques et meurtrières.

Le chef de l'État, Kassym-Jomart Tokaïev, a autorisé vendredi les forces de sécurité à "tirer pour tuer" afin d'étouffer toute rébellion et, fort de l'appui de la Russie, a exclu de négocier avec les manifestants.

Un contingent de troupes russes et d'autres pays alliés de Moscou sont arrivées jeudi au Kazakhstan pour appuyer le pouvoir en place en protégeant les bâtiments stratégiques et en épaulant les forces de l'ordre.

L'ancien chef de la sécurité arrêté pour trahison

L'ancien chef de l'agence nationale de la sécurité du Kazakhstan a été arrêté pour trahison, après avoir été limogé à la suite des émeutes qui ont secoué le pays, a annoncé samedi l'agence. Le Comité national de sécurité (KNB) a indiqué que son ancien directeur, Karim Massimov, avait été placé en détention jeudi après le lancement d'une enquête pour haute trahison.

"Le 6 janvier de cette année, le Comité national de sécurité a lancé une enquête préliminaire pour haute trahison", est-il précisé dans un communiqué.

"Le même jour, l'ancien directeur du KNB, K. K. Massimov, soupçonné d'avoir commis ce crime, a été arrêté et placé dans un centre de détention provisoire avec d'autres personnes", poursuit le communiqué.

Allié proche de l'ex-président kazakh Noursoultan Nazarbaïev, Karim Kajymkanouli Massimov, ancien Premier ministre, a été démis de ses fonctions de chef du KNB cette semaine après les émeutes déclenchées par une hausse du prix du gaz.

L'ex-président kazakh Nazarbaïev appelle à soutenir le gouvernement

L'ex-président kazakh Noursoultan Nazarbaïev appelle la population à soutenir le gouvernement pour faire face à la crise que traverse le pays, a déclaré samedi son porte-parole. M. Nazarbaïev "appelle tous les citoyens à se rassembler autour du président du Kazakhstan pour lui permettre de surmonter cette crise et de garantir l'intégrité du pays", a écrit le porte-parole, Aidos Ukibay, sur Twitter.

L'appel de l'ex-président Noursoultan Nazarbaïev intervient alors qu'un de ses alliés proches, Karim Kajymkanouli Massimov, ancien Premier ministre, a été arrêté pour trahison après avoir été démis de ses fonctions de chef du Comité national de sécurité (KNB) comme conséquence des émeutes déclenchées par une hausse du prix du gaz.

Sur le même sujet