"Terrorisme": la version officielle des émeutes au Kazakhstan déconcerte

Le gouvernement du Kazakhstan a accusé des "terroristes" étrangers d'être derrière les récentes émeutes qui ont secoué le pays, une version officielle qui occulte la colère d'une population appauvrie et les luttes au sein du pouvoir.

AFP
"Terrorisme": la version officielle des émeutes au Kazakhstan déconcerte
©AP

Les parents de Dauren Bitkembaïev, un trentenaire travaillant dans une boutique de prêteur sur gages, ont été tués pendant ces violences.

Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, on voit la voiture des deux retraités en flammes près d'un barrage de l'armée, leurs corps à l'intérieur. "Visiblement, les militaires ont tiré" sur la voiture, déclare le témoin qui a filmé la scène.

"Tout le monde dit que c'est l'armée qui (a tiré). Je ne comprends pas, ils étaient aveugles ou quoi ?", s'indigne M. Bitkembaïev auprès de l'AFP.

"Ils pouvaient voir qu'il s'agissait d'un grand-père et d'une grand-mère. Quelle sorte de pillards ou de terroristes auraient-ils bien pu être ?", ajoute-t-il.

Le Kazakhstan, plus grand pays d'Asie centrale peuplé de 19 millions de personnes et riche en hydrocarbures, a été ébranlé début janvier par des émeutes sans précédent depuis son indépendance en 1991, après la chute de l'Union soviétique.

Les violences, qui ont connu un pic les 5 et 6 janvier, ont transformé Almaty, la capitale économique, en champ de bataille, avec des bâtiments officiels brûlés et des commerces pillés.

Après être restées vagues sur le bilan des violences, les autorités ont soudain affirmé samedi que 225 personnes étaient mortes, dont 19 policiers et un nombre non précisé de "bandits" et de "civils".

Si le calme est revenu, plusieurs points, comme le déroulement exact des affrontements et le nombre de civils tués, restent sans réponse.

La déconnexion des réseaux internet et téléphonique par les autorités pendant la contestation, et la peur des habitants, qui craignent des représailles s'ils parlent aux médias, compliquent la collecte d'informations indépendantes.

"Propagande"

Le président Kassym-Jomart Tokaïev s'est empressé d'accuser des "terroristes" formés selon lui à l'étranger d'être derrière les violences, sans toutefois apporter de preuves.

Pour Galim Aguéleuov, un militant des droits humains, ces "déclarations fracassantes" sur la présence présumée de combattants étrangers ont servi à justifier l'intervention d'une alliance militaire menée par Moscou.

Cette alliance, l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), a ainsi déployé des troupes au Kazakhstan pour aider le gouvernement.

Le commentateur politique kazakh Daniyar Moldabékov estime qu'une partie de la population "est réceptive à la propagande" du gouvernement et pense que "tous ceux qui étaient dans la rue étaient des terroristes et des malfrats".

Mais, ajoute-t-il, "d'autres se rendent compte que beaucoup de civils sont morts et que de nombreux innocents sont en prison".

La contestation a débuté dès le 2 janvier dans l'ouest du pays en réaction à hausse brutale du prix du gaz de pétrole liquéfié (GPL), un carburant très utilisé, avant de gagner de grandes villes comme Almaty.

Plusieurs manifestants rencontrés par l'AFP pendant les émeutes ont ainsi expliqué leur colère par la corruption et leur difficulté à joindre les deux bouts, dans un contexte d'économie en berne.

Jazzman "terroriste"

Un autre élément qui semble avoir été au coeur de ces violences est la lutte de pouvoir entre M. Tokaïev et son prédécesseur, Noursoultan Nazarbaïev, qui a régné sur le Kazakhstan de 1989 à 2019.

Mardi, M. Tokaïev a accusé M. Nazarbaïev d'avoir favorisé l'émergence d'une "caste de riches", une critique inédite à l'égard de celui qui détient le titre honorifique de "Chef de la Nation".

Signe des luttes intestines, deux gendres de M. Nazarbaïev ont été écartés de la direction de groupes énergétiques, ont annoncé samedi les autorités.

L'empressement des autorités à dépeindre les manifestants en "terroristes" étrangers a en tout cas donné lieu à un épisode embarrassant.

Ainsi, les chaînes de télévision progouvernementales ont diffusé les "aveux" d'un ressortissant du Kirghizstan au visage tuméfié disant avoir accepté de l'argent pour manifester.

Il s'agissait en fait de Vikram Rouzakhounov, un célèbre pianiste de jazz, qui a finalement été autorisé à rentrer dans son pays.

Pour des observateurs, ces aveux forcés illustrent les dérives de l'appareil sécuritaire qui risquent de se multiplier.

"Nous revenons à un passé auquel nous essayons d'échapper", déplore ainsi Alicher Yélikbaïev, un homme d'affaires et blogueur influent.

Sur le même sujet