Une partie de l'Asie centrale paralysée par des coupures d'électricité

Métros à l'arrêt, aéroports bloqués, téléphériques coincés avec des skieurs à bord. Des millions d'habitants de trois pays d'Asie centrale se sont retrouvés sans électricité mardi en raison d'une panne accidentelle d'origine encore inconnue.

Une partie de l'Asie centrale paralysée par des coupures d'électricité
©AP

Une grande partie d'Almaty, capitale économique du Kazakhstan, s'est retrouvée sans électricité vers midi heure locale, de même que la capitale de l'Ouzbékistan Tachkent et celle du Kirghizstan Bichkek.

Malgré des investissements dans leur réseau depuis leur indépendance il y a trois décennies, ces trois ex-républiques soviétiques connaissent régulièrement des coupures d'électricité, parfois graves.

Selon des médias et les autorités, les coupures ont également affecté de larges pans des provinces de ces trois pays.

Le ministère ouzbek de l'Energie a déclaré dans un communiqué que cet incident était lié à un accident survenu sur le réseau du Kazakhstan.

"Suite à un accident majeur sur les réseaux électriques de la république du Kazakhstan, il y a eu une panne de courant dans les villes (du sud du Kazakhstan) d'Almaty, Chimkent, Taraz, (de la région du) Turkestan et des zones adjacentes", a indiqué le ministère sur Telegram.

"Le réseau énergétique d'Ouzbékistan, qui est connecté au Réseau énergétique unifié, a été endommagé suite à un accident qui a entraîné des changements soudains de tension et de fréquence sur 530 lignes (provenant) du Kazakhstan", a-t-il précisé.

Ces coupures sont dues à "un accident affectant le réseau énergétique régional", a indiqué un porte-parole du ministère kirghiz de l'Energie à l'AFP, sans fournir davantage de précisions.

Kegoc, la société kazakhe d'électricité, a fait état d'une "surcharge électrique", sans pour autant expliquer l'origine de la panne.

Dans les pays d'Asie centrale, les réseaux énergétiques ont souffert d'une importante sécheresse estivale, qui a affecté la capacité hydroélectrique au Kirghizstan, gros producteur régional. D'autre part, le boom de la production ("minage") de crypto-monnaies dans la région, en particulier au Kazakhstan, a accru la demande d'électricité entrainant des tensions sur le réseau.

Ce boom est dû à l'interdiction de cette activité en Chine voisine, ainsi qu'une flambée des cryptomonnaies telles que le bitcoin au cours de la deuxième moitié de l'année dernière.

La crypto, gouffre d'énergie

Le Sud du Kazakhstan, qui souffre de traditionnellement de déficits d'énergie et qui dépend des approvisionnements du Nord du pays, a été particulièrement touché par l'augmentation de ces activités de minage.

Selon l'agence de presse russe Ria, l'aéroport de la ville d'Almaty, continuait de fonctionner normalement, mais que l'aéroport de Tachkent avait cessé de faire décoller des vols en raison de la coupure de courant. Des aérodromes régionaux ont aussi été affectés.

Selon les médias, l'aéroport international de Manas, à Bichkek, a dû se tourner vers une source d'électricité de secours.

"L'aéroport fonctionne (...) mais pas à sa capacité totale", a indiqué l'aéroport dans un communiqué cité par les médias locaux, ajoutant qu'il pouvait toujours accueillir les avions. Mais l'enregistrement a été suspendu pour certains vols au départ de la capitale kirghize.

Toujours à Bichkek, des médias ont rapporté que les coupures d'électricité avaient entraîné l'arrêt des stations de pompage, ce qui affectait la distribution d'eau courante.

Le métro de Tachkent, le plus important de la région, était également à l'arrêt, a constaté un journaliste de l'AFP, observant de plus que le débit d'eau des robinets était très réduit.

Dans une station de ski près de Tachkent, près de 80 skieurs bloqués sur les téléphériques ont dû être secourus, ont indiqué les agences russes.

A l'automne dernier, plusieurs pays d'Asie centrale avaient déjà connu d'importantes coupures d'électricité, illustrant la vétusté et l'interdépendance des réseaux électriques dans cette région.

La population des cinq pays d'Asie centrale a en outre connu un boom ces trente derniers années, passant de 51 à 75 millions.

Sur le même sujet