Droits humains en Afghanistan: les Occidentaux exposent leurs exigences aux talibans

Liant la reprise des aides à l'Afghanistan au respect des droits humains, les Occidentaux ont étalé leurs exigences aux talibans mardi à Oslo, au dernier jour d'une visite inédite et controversée des islamistes.

Droits humains en Afghanistan: les Occidentaux exposent leurs exigences aux talibans
©AFP
AFP

Ultime chapitre de leur premier déplacement officiel en Europe depuis leur retour au pouvoir en août, les talibans, en quête de reconnaissance internationale et d'argent, ont eu des rencontres bilatérales à huis clos avec des diplomates occidentaux.

Ces derniers ont saisi l'occasion d'exposer ce qu'ils attendent des talibans redevenus maîtres d'un pays où plus de la moitié de la population est menacée par la faim cet hiver.

"J'ai aussi souligné la nécessité que les écoles primaires et secondaires soient ouvertes aux garçons et aux filles dans tout le pays quand l'année scolaire commencera en mars", a tweeté l'envoyé spécial de l'Union européenne en Afghanistan.

Tomas Niklasson répondait à un autre tweet du porte-parole du ministère afghan des Affaires étrangères, lequel se félicitait d'un engagement de l'UE à "continuer son aide humanitaire à l'Afghanistan".

Emmenée par leur ministre des Affaires étrangères, Amir Khan Muttaqi, la délégation des islamistes a eu aussi notamment des entretiens bilatéraux avec un haut fonctionnaire français, les envoyés spéciaux britannique et allemand, et des membres du ministère norvégien des Affaires étrangères.

La tenue d'une rencontre similaire avec les représentants américains n'a pas été confirmée.

Les talibans ont quitté la Norvège en fin de soirée, sans faire de déclarations.

A leurs yeux, ce genre de rencontres constituent un pas vers une reconnaissance internationale.

"Le fait d'être venus en Norvège (...) est une réussite en soi car nous avons partagé la scène internationale", s'est félicité M. Muttaqi lundi. "De ces rencontres, nous sommes certains de retirer un appui dans les secteurs humanitaire, sanitaire et éducatif en Afghanistan".

Puissance invitante, la Norvège a, elle, affirmé que ces discussions n'étaient ni "une légitimation ni une reconnaissance" du gouvernement taliban.

Mais sa décision d'accueillir cette délégation, transportée dans un jet privé qu'elle a affrété à grands frais, a été vivement critiquée par nombre d'experts, membres de la diaspora et militants afghans.

Egalement dans leur collimateur: la présence parmi les 15 membres de la délégation - exclusivement masculine - d'Anas Haqqani, un des chefs du réseau Haqqani, responsable d'attentats meurtriers en Afghanistan et considéré par les Etats-Unis comme groupe "terroriste".

"Changements graduels"

Cette visite "est la première étape pour commencer à traiter avec ceux qui détiennent de facto le pouvoir en Afghanistan", a expliqué le Premier ministre norvégien Jonas Gahr Støre.

"Si nous ne commençons pas par cette première étape, je crains que nous ne soyons exposés à quelque chose d'assez terrible en matière de catastrophe humanitaire", a-t-il poursuivi, défendant l'initiative controversée.

Aucun Etat n'a pour l'instant reconnu le régime taliban et la communauté internationale attend de voir comment les islamistes gouvernent le pays avant un déblocage éventuel des aides.

La Norvège dit avoir mis l'accent sur les droits humains, en particulier ceux des femmes, tels que l'accès à l'éducation et au travail, et ceux des minorités, notamment religieuses.

Sous le règne des talibans, les femmes sont largement exclues des emplois de fonctionnaires et les écoles secondaires pour filles restent pour la plupart fermées.

Le sort de deux féministes disparues la semaine dernière à Kaboul après avoir participé à une manifestation a aussi été soulevé. Les talibans nient toute implication.

"On ne peut sauver des vies sans que les sanctions soient levées", a déclaré mardi à l'AFP Jan Egeland, chef du Conseil norvégien pour les réfugiés, avant une rencontre entre les ONG comme la sienne et les talibans.

Le gel des aides "pénalise les mêmes civils que ceux pour la défense desquels les pays de l'Otan ont dépensé des centaines de milliards jusqu'en août", a-t-il fait valoir.

Conséquence de la suspension des aides mais aussi de plusieurs sécheresses, 55% de la population afghane est menacée par la faim, selon l'ONU.

A Oslo, un observateur occidental dit avoir relevé "quelques changements graduels des deux côtés". "Mais je pense que nous aurons besoin de plus de ces réunions avant que les talibans et l'Occident n'arrivent à traiter les uns avec les autres", a-t-il dit à l'AFP.

Sur le même sujet