Afghanistan: réouverture des universités publiques, avec peu d'étudiantes

La plus grande université d'Afghanistan a rouvert samedi à Kaboul, six mois après la prise du pouvoir par les talibans, mais très peu d'étudiantes ont assisté aux cours et celles-ci étaient séparées des élèves masculins. Les universités publiques de six provinces avaient déjà rouvert le 2 février.

Afghanistan: réouverture des universités publiques, avec peu d'étudiantes
©AFP

Toutes les autres ont repris samedi, comme celle de Kaboul, la plus ancienne et la plus grande du pays avec environ 25.000 étudiants inscrits avant le retour des fondamentalistes islamistes le 15 août dernier.

Dans la capitale, des gardes talibans ont refusé aux journalistes l'accès au campus tentaculaire et ont chassé ceux qui s'attardaient près des entrées.

Interrogées à l'écart, des étudiantes ont fait part à l'AFP de leurs sentiments mitigés sur leur retour en cours.

"Je suis heureuse que l'université ait repris (...), nous voulons continuer nos études", a déclaré une étudiante en anglais, qui a demandé à être identifiée sous le nom de Basira.

Elle a toutefois évoqué "quelques difficultés", notamment parce que des étudiants ont été admonestés par les talibans pour avoir apporté leur téléphone portable en cours.

"Ils ne se sont pas bien comportés avec nous, ils ont été impolis", a-t-elle expliqué.

Les universités publiques, comme les collèges et lycées pour les filles, avaient été fermées dès l'arrivée au pouvoir des talibans, laissant craindre leur volonté de priver les femmes de toute éducation, comme cela avait été le cas lors de leur premier règne (1996-2001).

Toutefois, le nouveau gouvernement taliban avait rapidement assuré vouloir permettre aux femmes d'étudier à l'université, mais sous de strictes conditions, notamment vestimentaires (port de voile) et de séparation des hommes et femmes.

Selon Maryam, une autre étudiante en anglais de l'université de Kaboul, seules sept camarades de son cours étaient présentes samedi matin.

"Avant, nous étions 56 élèves, garçons et filles", ensemble en cours, a-t-elle précisé.

De nombreux professeurs manquaient également à l'appel, "peut-être parce que certains ont quitté le pays", a-t-elle ajouté.

Dans le reste du territoire, le constat a été le même, avec très peu d'étudiants de retour.

Parfois même aucun, comme à l'université de la vallée du Panchir (nord), bastion historique de la résistance contre les talibans et dernière région à être tombée sous le contrôle total des islamistes, fin septembre.

"Je ne sais pas s'ils viendront demain, ou après-demain, ou pas", s'interrogeait Noor-ur-Rehman Afzali, professeur dans cet établissement, ajoutant que plusieurs salles de cours détruites lors des combats n'avaient toujours pas été réparées.

Des dizaines de milliers d'Afghans ont fui le pays à l'arrivée des talibans, parmi lesquels des professeurs et enseignants, très critiques vis-à-vis du groupe islamiste radical.

Aucun pays n'a encore reconnu le nouveau régime, qui a imposé plusieurs restrictions aux femmes, notamment en leur interdisant de nombreux emplois dans la fonction publique.