Sri Lanka: première session du parlement après la proclamation de l'état d'urgence

Le parlement du Sri Lanka se réunissait mardi pour sa première session après la proclamation de l'état d'urgence tandis que manifestations et appels à la démission du président Gotabaya Rajapaksa s'intensifiaient dans un contexte de crise économique aiguë sans précédent.

Sri Lanka: première session du parlement après la proclamation de l'état d'urgence
©AFP

Le pays de 22 millions d'habitants souffre de pénuries de biens essentiels (aliments, carburant, médicaments), de coupures d'électricité et d'une inflation record, sans que rien ne laisse présager la fin de ces difficultés.

La coalition SLPP du président Gotabaya Rajapaksa, autrefois toute puissante, a subi une série de défections en amont de la session parlementaire, compromettant la ratification de l'état d'urgence imposé la semaine dernière pour réprimer les manifestations de plus en plus intenses.

L'état d'urgence doit expirer jeudi prochain s'il n'est pas ratifié par un vote parlementaire.

À la reprise des travaux parlementaires, le président du Parlement est tenu d'informer officiellement les députés de la proclamation de l'état d'urgence. Cela laisse présager que l'opposition exigera qu'il soit soumis immédiatement à un vote que le gouvernement perdra probablement.

Tous les partis d'opposition et même certains députés du parti du clan Rajapaksa ont annoncé leur intention de voter contre la prolongation de l'ordonnance.

"Notre parti n'a plus de mandat pour gouverner", a expliqué l'ancien ministre Nimal Lanza à la presse dans la ville de Negombo, ajoutant que près de 50 députés jusque-là alliés du gouvernement siègeraient désormais parmi les indépendants.

Tous les membres du gouvernement, à l'exception du président et de son frère aîné, le Premier ministre Mahinda Rajapaksa, ont démissionné dimanche.

L'opposition a rejeté lundi l'invitation du président à former un gouvernement d'union nationale, en la qualifiant d'"absurde".

"Nous ne rejoindrons pas ce gouvernement", a déclaré à l'AFP Eran Wickramaratne du principal parti d'opposition Samagi Jana Balawegaya (SJB), "la famille Rajapaksa doit démissionner".

Des nombreuses manifestations, appelant au départ des Rajapaksa, se sont déroulées dans les villes de l'île, malgré l'état d'urgence autorisant l'armée à arrêter les contrevenants et le couvre-feu imposé durant le week-end.

La foule a tenté de prendre d'assaut les résidences d'une dizaine de personnalités du gouvernement, dont celle du président à Colombo.

Les manifestants ont incendié des véhicules des forces de sécurité, qui ont répliqué par des tirs de gaz lacrymogène et de balles en caoutchouc.

La pandémie de Covid a fait chuter les revenus du tourisme et les transferts de fonds. Subissant une grave pénurie de devises étrangères, le Sri Lanka peine à assurer le service de sa dette colossale de 51 milliards de dollars.

De mauvaises décisions politiques ont aggravé les problèmes, selon les économistes. Des réductions d'impôts malavisées juste avant la pandémie ont privé l'État de recettes et creusé la dette.

Le gouvernement a reconnu qu'il s'agissait de la pire crise économique depuis l'indépendance en 1948 et a demandé l'aide du Fonds monétaire international (FMI), mais les négociations pourraient durer jusqu'à la fin de l'année.