Au moins 42 morts après le passage de la tempête Megi aux Philippines

La tempête tropicale Megi qui s'est abattue sur les Philippines, provoquant de gigantesques glissements de terrain, a fait au moins 42 morts, selon les derniers bilans officiels rendus publics mardi. Plus de 17.000 personnes ont fui leurs maisons inondées et privées d'électricité.

Au moins 42 morts après le passage de la tempête Megi aux Philippines
©AFP

Les recherches de disparus dans les environs de Baybay, la zone la plus durement touchée dans la province de Leyte (sud), ont été interrompues en début de soirée car il est "trop dangereux" de les poursuivre dans l'obscurité, a déclaré Marissa Miguel Cano, porte-parole de la municipalité.

Des images prises à l'aide d'un drone et dont l'authenticité a été vérifiée par l'AFP montraient une vaste coulée de boue rouge le long d'une colline plantée de cocotiers, et des maisons ensevelies dans le village de Bunga, près de la ville de Baybay.

"Nous sommes supposément en pleine saison sèche, mais le changement climatique a dû perturber tout ça", a déclaré Marissa Miguel Cano, une fonctionnaire de la municipalité de Baybay.

Selon elle, des glissements de terrain se produisent parfois dans cette région agricole, mais l'ampleur de ceux de lundi a surpris.

A mesure que la planète est touchée par le réchauffement climatique, les typhons de ce type deviennent de plus en plus puissants, avertissent les scientifiques.

Les recherches se concentraient sur le village voisin de Kantagnos, frappé par deux glissements de terrain qui y ont fait au moins cinq morts et un nombre indéterminé de disparus.

Selon un responsable local, plusieurs personnes ont été extraites vivantes de la boue, mais les secours craignaient que plusieurs autres soient encore ensevelies.

Double éboulement

"Il y a eu un petit éboulement et certains ont réussi à courir se mettre à l'abri, suivi d'un plus gros qui a englouti la totalité du village", a raconté à une radio locale Jose Carlos Cari, le maire de la ville de Baybay.

"Nous cherchons de nombreuses personnes, il y a 210 foyers ici", a-t-il poursuivi, ajoutant que les efforts des sauveuteurs étaient entravés par le mauvais temps.

"Nous faisons tout notre possible, mais c'est difficile à cause du danger", a expliqué M. Cari. "Les équipements sont mobilisés, tout est prêt mais nous sommes incapables d'avancer parce qu'il pleut encore très fort et que les rivières sont toujours en crue", a-t-il ajouté.

Les glissements de terrain près de Baybay se sont produits "hors des zones dangereuses", et beaucoup d'habitants ont été pris par surprise alors qu'ils se trouvaient dans leurs maisons, a expliqué à l'AFP Mark Timbal, porte-parole de l'Agence nationale de gestion des désastres.

Megi, connue aux Philippines sous son nom local Agaton, est la première tempête tropicale majeure à frapper cette année le pays, fréquemment touché par des catastrophes naturelles.

Provoquant en mer de fortes vagues, elle a obligé des dizaines de ports à suspendre leurs activités et près de 8.000 personnes ont été bloquées avant les vacances de Pâques, l'une des grandes périodes de voyage de l'année.

Le pays venait juste de rouvrir ses portes, en février, aux touristes vaccinés de la plupart des pays étrangers, après avoir levé la plupart des restrictions nationales liées au Covid-19.

Les Philippines, classées parmi les pays les plus vulnérables aux effets du changement climatique, sont frappées en moyenne par 20 tempêtes chaque année.

En 2013 le typhon Haiyan, le plus puissant ayant jamais touché terre, avait fait plus de 7.300 morts ou disparus.