Coronavirus dans le monde: malgré des mesures très strictes, les contaminations ne baissent pas à Shanghai

Le point sur l'épidémie dans le monde.

Coronavirus dans le monde: malgré des mesures très strictes, les contaminations ne baissent pas à Shanghai
©AP
La rédaction (avec Agences)

Malgré des mesures très strictes, les contaminations ne baissent pas à Shanghai

Malgré que la ville chinoise de Shanghai observe des mesures contre le coronavirus très strictes depuis plusieurs semaines, le nombre de nouveaux cas n'y a toujours pas diminué. La Commission nationale de la santé a en effet annoncé dimanche que 24.820 infections ont été enregistrées dans la ville au cours des dernières 24 heures. La majorité des cas étaient asymptomatiques. Shanghai se trouve au milieu d'une forte vague de coronavirus, la plus importante que le pays ait connue depuis le début de la pandémie, il y a deux ans. Une grande partie des quelque 26 millions d'habitants ne sont pas autorisés à quitter leur domicile depuis plusieurs semaines mais les restrictions strictes n'ont eu aucun effet jusqu'à présent. Il y a une semaine et demie, les autorités de la ville avaient signalé pour la première fois plus de 20.000 nouvelles infections par jour. Depuis lors, le nombre de cas est resté plus ou moins constant.

Alors que le reste du monde tente de vivre avec le virus du mieux qu'il peut, Pékin s'en tient toujours à une stratégie rigide de lutte contre le virus, combattant même les petites épidémies par des couvre-feux draconiens, des tests de masse et une recherche intensive des contacts. Actuellement, plusieurs villes chinoises sont d'ailleurs partiellement ou totalement confinées. Mais alors que les citoyens avaient initialement accepté la stratégie des autorités de manière plutôt détendue, on assiste aujourd'hui à une grogne de plus en plus forte de la part de mécontents.

L'Allemagne proposera un vaccin adapté au variant Omicron à partir de septembre

Les autorités sanitaires allemandes pourraient commencer à proposer des vaccins adaptés au variant Omicron du coronavirus à partir de septembre, a déclaré dimanche le ministre allemand de la Santé Karl Lauterbach au journal Bild. Selon M. Lauterbach, il y aura bien en Allemagne un vaccin qui protège la population contre le variant Omicron. Le fait que le virus mute constamment rend cependant de plus en plus difficile la préparation à ces mutations, a-t-il toutefois observé. "Il est tout à fait possible qu'à l'avenir nous devions faire face à un variant aussi contagieux que l'Omicron et tout aussi mortel que le Delta. Ce serait un variant "tueur absolu", a-t-il estimé.

En Allemagne, environ les trois quarts de la population sont vaccinés. Le coronavirus a été diagnostiqué chez environ un quart des Allemands, selon les établissements de santé. Le nombre de tests positifs diminue. Samedi, pour la première fois depuis janvier, moins de 1.000 nouveaux cas pour 100.000 habitants ont été identifiés.

L'interdiction des navires de croisière en Australie prend fin après deux ans

L'interdiction faite par l'Australie aux navires de croisière d'entrer dans les eaux du pays a pris fin dimanche après plus de deux ans. Le mois dernier, le gouvernement du Premier ministre Scott Morrison avait annoncé avoir décidé de ne pas renouveler cette interdiction, en vigueur depuis mars 2020 en raison de la pandémie de Covid-19.

Les États de Nouvelle-Galles du Sud, de Victoria et du Queensland ont défini des mesures de sécurité supplémentaires pour les passagers et l'équipage en vue du retour des navires, a rapporté l'agence de presse australienne AAP.

L'Australie occidentale et le Territoire du Nord autoriseront les petits navires à se rendre dans leurs ports, tandis que la Tasmanie et l'Australie du Sud n'ont pas encore annoncé leurs plans, selon la chaîne ABC.

Le Pacific Explorer de P&O Australia devait entrer dans le port de Sydney lundi matin en provenance de Singapour, devenant ainsi le premier navire de croisière international à arriver dans le pays, selon AAP. Le navire devait officiellement reprendre du service à partir du 31 mai.

Avant la pandémie de Covid-19, l'Australie accueillait plus de 600.000 croisiéristes sur son territoire, à bord de près de 350 navires, selon les chiffres du gouvernement.

L'Australie a rouvert ses frontières aux voyageurs internationaux entièrement vaccinés le 21 février, après près de deux ans. Le pays avait en effet fermé ses frontières à tous sauf aux citoyens et aux résidents permanents, à quelques exceptions près, en mars 2020.

Une réouverture échelonnée des frontières avait toutefois commencé l'année dernière, avec les étudiants internationaux, les détenteurs de visas de travail et les randonneurs.

Sur le même sujet