Phuket, le refuge de la jet-set russe : "Dans les milieux d’affaires à l’étranger, Russes, Ukrainiens et Bélarusses ne forment qu’une seule grande communauté"

Destination de vacances privilégiée des Russes ultra-riches – qui y résident en bonne entente avec la communauté ukrainienne –, la Thaïlande est de plus en plus prisée pour les affaires depuis le début de la guerre. Le pays asiatique s’aligne pour combler le vide créé par le boycott occidental.

Phuket, le refuge de la jet-set russe : "Dans les milieux d’affaires à l’étranger, Russes, Ukrainiens et Bélarusses ne forment qu’une seule grande communauté"
©AP
Carol Isoux, envoyée spéciale à Phuket pour Libération
A bord du yacht Princesse, qui fend les eaux turquoise de la mer d'Andaman, une vingtaine de Russes écoutent un saxophoniste poser quelques notes sur de la musique électro. Le vin blanc coule à flots, des femmes aux lèvres siliconées se trémoussent avec enthousiasme devant l'un de ces couchers de soleil iridescents dont la baie de Chalong, à Phuket, a le secret. Certains de ces ressortissants sont résidents de longue date : Phuket accueille en temps normal une communauté russe d'au moins 5 000 personnes, qui double pendant l'hiver. Patrons d'industrie, magnats de l'immobilier, nomades digitaux… La cité balnéaire est aussi connue...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet