Une femme se confine pendant un mois dans une cabine téléphonique à Shanghai

Une situation inédite qui met en lumière la politique stricte du gouvernement sur l'épidémie de Covid-19 et le sort des travailleurs immigrés en Chine.

Une femme se confine pendant un mois dans une cabine téléphonique à Shanghai
©Twitter

Les images qui nous parviennent de Chine n'en finissent plus de surprendre suite à la politique "zéro covid" menée par le gouvernement. À Shanghai, les autorités de la ville ont ordonné à la majorité des 26 millions d'habitants de la ville de rester chez eux au début du mois dernier pour contenir l'épidémie. Certains n'ayant pas de domicile ont donc dû improviser.

C'est notamment le cas d'une femme sans-abri d'une cinquantaine d'années qui s'est installée dans une cabine téléphonique avec son chien, rapporte le média américain Vice. Celle-ci y a vécu pendant un mois dans des conditions déplorables, sortant occasionnellement pour promener son animal de compagnie ou pour aérer sa couverture. Selon Vice, cette femme fait partie des nombreux travailleurs immigrés qui résident en Chine. "De nombreux travailleurs dépendent de leurs employeurs pour se loger et se nourrir", déclare Pun Ngai, professeur à l'Université Lingnan de Hong Kong, au média américain. "Avec la fermeture de la plupart des usines et des magasins, ils doivent se débrouiller seuls".

Les conditions de vie de cette femme n'ont été révélées que lorsqu'un habitant d'un immeuble situé de l'autre côté de la rue a documenté son existence - et son expulsion éventuelle - dans une série de photos diffusées sur les médias sociaux chinois qui ont provoqué un tollé. Pour de nombreux habitants de Shanghai, les difficultés apparentes de cette femme n'ont fait que renforcer leur frustration face à un confinement prolongé qui a conduit à des pénuries alimentaires généralisées et à des mesures d'exécution sévères, parfois absurdes.

Sur le même sujet