Corée du Sud: Yoon Suk-yeol investi président, en pleines tensions intercoréennes

La Corée du Sud a investi mardi son nouveau président Yoon Suk-yeol, qui a entamé son mandat de cinq ans en appelant la Corée du Nord à renoncer à son arsenal nucléaire en échange d'une aide économique massive, alors que les relations entre les deux voisins traversent une période de fortes tensions.

AFP
Corée du Sud: Yoon Suk-yeol investi président, en pleines tensions intercoréennes
©AP

M. Yoon, un conservateur de 61 ans, arrive au pouvoir au moment où la Corée du Nord, de plus en plus belliqueuse, a mené depuis janvier une série record de quinze essais de missiles dont deux la semaine dernière. Séoul et Washington la soupçonnent aussi de vouloir reprendre prochainement ses essais nucléaires.

Mardi à minuit, le nouveau chef de l'Etat a assisté à son premier briefing de commandant suprême des armées avec les responsables de l'état-major sud-coréen, dans le bunker situé sous ses bureaux.

Après avoir prêté serment lors d'une cérémonie géante à Séoul, il a, dans son discours d'investiture, appelé la Corée du Nord à renoncer à l'arme atomique.

"Si la Corée du Nord s'engage véritablement dans un processus de dénucléarisation complète, nous présenterons un plan audacieux qui renforcera considérablement l'économie nord-coréenne et améliorera la qualité de vie de sa population", a-t-il promis.

Offre de dialogue

"Les programmes d'armes nucléaires de la Corée du Nord constituent une menace, non seulement pour notre sécurité mais aussi pour celle de l'Asie du Nord-Est", a poursuivi le nouveau président. "La porte du dialogue restera ouverte afin que nous puissions résoudre pacifiquement cette menace".

"Aujourd'hui, nous sommes confrontés à de multiples crises", a-t-il ajouté, citant la pandémie de Covid-19, les problèmes dans la chaîne mondiale d'approvisionnement et les conflits à travers la planète qui, selon lui, "jettent une grande ombre sur nous".

Mais "les Coréens ne se sont jamais avoués vaincus. Nous sommes devenus plus forts et plus sages", a-t-il affirmé.

Pour Park Won-gon, professeur à l'Université Ewha, l'offre de M. Yoon d'aider économiquement la Corée du Nord en échange d'un abandon de l'arme nucléaire est un concept "dépassé".

"Depuis 2009, la Corée du Nord dit qu'elle ne renoncera pas à ses armes nucléaires contre des incitations économiques", explique M. Park à l'AFP ajoutant que "le commentaire de Yoon ne fera qu'énerver Pyongyang, qui prendra cela pour une attaque".

"Garçon grossier"

Le président a promis une politique étrangère plus musclée pour son pays, la 10ème économie mondiale, après les tentatives ratées de rapprochement avec le Nord qui ont marqué le mandat de son prédécesseur Moon Jae-in.

Dans la foulée de sa victoire électorale, M. Yoon s'était engagé à "traiter avec sévérité" la menace que représente le régime de Kim Jong Un.

Pendant sa campagne électorale, il avait traité Kim Jong Un de "garçon grossier", lançant aux électeurs: "si vous me donnez une chance, je lui apprendrai les bonnes manières".

M. Yoon avait aussi appelé à une relation plus solide avec son allié américain. Le président Joe Biden est attendu en Corée du Sud fin mai.

Elu d'extrême justesse en mars, M. Yoon, ancien procureur novice en politique, prend ses fonctions avec un taux de popularité d'à peine 41%, un des plus bas de l'histoire de la démocratie sud-coréenne pour un début de mandat, selon un récent sondage Gallup. Alors que la cote de popularité de son prédécesseur de gauche Moon Jae-in est encore de 44%.

La principale raison de l'impopularité de M. Yoon semble être sa décision de déplacer le bureau présidentiel depuis la Maison Bleue, dans le Nord de Séoul, vers l'ancien ministère de la Défense dans le centre de la capitale.

Ce déménagement hâtif et coûteux a heurté l'opinion publique. Ses détracteurs le jugent inutile et même dangereux pour la sécurité du président et du pays.

M. Yoon considère la Maison Bleue, un site utilisé par l'administration coloniale japonaise de 1910 à 1945, comme un "symbole du pouvoir impérial". Il soutient que le déménagement garantira une présidence plus démocratique.

Les terrains de la Maison Bleue seront ouverts au public en tant que parc. Pendant la cérémonie d'investiture, des images de promeneurs déambulant dans l'enceinte autrefois interdite au public ont été diffusées en direct.

La cérémonie s'est déroulée devant l'Assemblée nationale, avec des fanfares de l'armée, des soldats en tenue de cérémonie, environ 40.000 invités et une salve de 21 coups de canon.

Elle est de loin la plus onéreuse jamais organisée avec un budget de 3,3 milliards de wons (2,5 millions d'euros).