La Chine rejette l'appel américain à inviter Taïwan à l'OMS

La Chine a rejeté jeudi l'appel des Etats-Unis à autoriser la participation de Taïwan à l'assemblée annuelle de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), accusant Washington d'avoir pour seul objectif de contrarier Pékin. Les représentants taïwanais sont empêchés d'assister à l'événement depuis quelques années, en raison de divergences avec la Chine continentale. Cette dernière considère l'île démocratique comme historiquement chinoise et destinée à être réunifiée avec elle.

La Chine rejette l'appel américain à inviter Taïwan à l'OMS
©MAXPPP

Le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, a appelé mercredi l'OMS à "inviter" Taïwan en tant qu'observateur, au nom de son "expertise" dans la lutte contre le Covid-19. Il a jugé son exclusion "injustifiée".

"Nous exprimons notre ferme opposition face à ces propos américains", a réagi jeudi devant la presse Zhao Lijian, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères. "Taïwan est une partie inaliénable du territoire chinois."

Les Etats-Unis ne cessent de louer la réponse taïwanaise face à la pandémie, par opposition à la gestion par la Chine. Les visites sur l'île de représentants politiques américains se sont également multipliés ces dernières années.

"Toute tentative visant à utiliser Taïwan pour contenir la Chine (...) est vouée à l'échec", a souligné Zhao Lijian.

Taïwan est peuplée de 24 millions d'habitants. Depuis la fin de la guerre civile chinoise en 1949, l'île est dirigée par un régime rival de celui, communiste, qui gouverne la Chine continentale.

Depuis une résolution de 1971, l'ONU considère la République populaire de Chine comme la seule représentante de la Chine, au détriment des autorités taïwanaises (officiellement la "République de Chine").

La Chine n'est pas totalement opposée à une participation de Taïwan aux assemblées générales de l'OMS, dont l'édition 2022 se tiendra du 22 au 28 mai.

Mais elle exige que les autorités taïwanaises reconnaissent que l'île et le continent font partie d'une "seule Chine", ce que refuse l'actuelle présidente taïwanaise, Tsai Ing-wen, issue d'un parti indépendantiste.

Le gouvernement taïwanais précédent était plus accommodant, ce qui a permis à Taïwan d'assister aux assemblées générales de l'OMS de 2009 à 2016.

Le ministère taïwanais des Affaires étrangères a exprimé jeudi son regret de n'avoir pas été invité par l'OMS.

"Nous remercions les États-Unis d'avoir pris l'initiative et d'avoir collaboré avec d'autres pays partageant les mêmes idéaux pour contribuer à élargir la participation de Taïwan (aux affaires) internationales", a-t-il indiqué.