Pakistan: arrestation de centaines de membres du parti de l'ex-Premier ministre Imran Khan

La police pakistanaise a arrêté dans la nuit de lundi à mardi des centaines de partisans de l'ancien Premier ministre Imran Khan, avant une manifestation géante prévue par son parti à Islamabad, a-t-on appris de sources policières.

AFP
Pakistan: arrestation de centaines de membres du parti de l'ex-Premier ministre Imran Khan
©AFP

Imran Khan a été renversé le 10 avril par une motion de censure. Son parti, le Pakistan Tehreek-e-Insaf (PTI, Mouvement du Pakistan pour la justice), tente depuis de mobiliser la rue pour accentuer la pression sur le fragile gouvernement de coalition et obtenir la convocation d'élections législatives anticipées.

"Plus de 200 partisans du PTI ont été arrêtés au Pendjab", a déclaré sous couvert d'anonymat à l'AFP un responsable de la police de Lahore, capitale de cette province. "Nous avons perquisitionné des maisons et arrêté plusieurs d'entre eux."

Un autre responsable policier a confirmé l'information, également sous couvert d'anonymat, précisant que ces personnes avaient été arrêtées pour trouble à l'ordre public et restaient en détention.

Fawad Chaudhry, l'ancien ministre de l'Information du gouvernement PTI, a accusé la police d'avoir mené ces perquisitions sans mandat, et arrêté plus de 400 personnes.

La police n'a pas officiellement commenté ces informations.

Le gouvernement du Premier ministre, Shehbaz Sharif, a accusé Imran Khan de vouloir répandre "le chaos et l'anarchie" dans le pays.

M. Khan a prévu de mener mercredi une longue marche, censée attirer plusieurs dizaines de milliers de personnes, entre la ville de Peshawar (nord-ouest), capitale de la province du Khyber Pakhtunkhwa, dirigée par le PTI, et la capitale Islamabad.

Il entend ainsi forcer le gouvernement à convoquer sans attendre des élections, qui doivent avoir lieu avant la date limite d'octobre 2023.