Philippines: le nouveau président Ferdinand Marcos Jr prête serment

Le fils de l'ancien dictateur philippin Ferdinand Marcos a prêté serment jeudi en tant que président, concrétisant plusieurs décennies d'efforts de sa famille pour se rétablir à a tête du pays après avoir été chassés du pouvoir par une révolte populaire en 1986.

AFP
Philippines: le nouveau président Ferdinand Marcos Jr prête serment
©AP

Ferdinand "Bongbong" Marcos Jr, 64 ans, qui a remporté les élections le mois dernier par une victoire écrasante, succède à Rodrigo Duterte, célèbre à l'international pour sa guerre meurtrière contre la drogue.

Il a prêté serment lors d'une cérémonie publique au Musée national de Manille, devant des centaines de dignitaires locaux et étrangers, dont le vice-président chinois Wang Qishan.

"Pas d'excuses"

Sous les yeux de sa mère Imelda, 92 ans, assise à quelques mètres, Marcos Jr a loué le règne de son père, l'ex-dictateur qui a régné pendant près de trois décennies sur l'archipel.

"J'ai autrefois connu un homme qui a vu le peu de choses qui avaient été accomplies depuis l'indépendance. Il les a réalisées", a déclaré Marcos Jr, affirmant que son père a construit plus de routes et produit plus de riz que tous ses prédécesseurs réunis.

"Il en sera de même pour son fils. Je ne me trouverai pas d'excuses", a-t-il assuré.

Plus de 15.000 policiers, soldats et garde-côtes ont été déployés dans la capitale pour l'inauguration.

Les dernières tentatives visant à faire disqualifier Marcos Jr de l'élection et à l'empêcher d'entrer en fonction ont été rejetées par la Cour suprême il y a quelques jours.

Alors que la hausse des prix comprime une économie déjà ravagée par le Covid-19, Marcos Jr a fait de la lutte contre l'inflation, la relance de la croissance et l'augmentation de la production alimentaire ses priorités.

Il a pris l'initiative de se nommer lui-même Secrétaire à l'Agriculture pour mener à bien la réforme de ce secteur en proie à de nombreux problèmes.

Mais il n'a donné que peu de détails sur la manière dont il compte atteindre ses objectifs et peu d'indices sur son style de gouvernance, après avoir largement évité les entretiens avec les médias.

Il n'a pas caché son admiration pour son père et sa façon d'administrer le pays, dépeignant l'époque comme une sorte d'âge d'or pour les Philippines, ce qui a fait craindre qu'il ne cherche un régime similaire.

Le commentateur pro-Duterte Rigoberto Tiglao a récemment écrit qu'il était optimiste quant à un "boom économique" sous Marcos Jr, soulignant la présence d'"universitaires accomplis" dans l'équipe économique du nouveau président et le soutien de "magnats puissants" qui seront en mesure de le conseiller et de lui fournir un soutien financier.

Marcos Jr a été porté au pouvoir grâce à une massive campagne de désinformation sur les réseaux sociaux, présentant la famille sous un jour favorable et ignorant la corruption et les violations des droits de l'homme commises pendant les 20 ans de règne de son père.

"Ami de tous, ennemi de personne"

L'alliance avec la fille Duterte, Sara, qui a obtenu le poste de vice-présidente, a été essentielle au succès de Marcos Jr, ainsi que sa femme, Louise.

Marcos Jr s'est également engagé à défendre les droits des Philippines sur la mer de Chine méridionale que Pékin revendique presque entièrement.

Contrairement à son prédécesseur qui s'est éloigné des États-Unis pour se tourner vers la Chine, Marcos Jr a indiqué qu'il poursuivrait une relation plus équilibrée avec les deux superpuissances.

Il a ainsi déclaré le mois dernier qu'il adopterait une politique étrangère "amis de tous, ennemis de personne", mais a insisté sur le fait qu'il ferait respecter une décision internationale contre Pékin concernant la mer de Chine méridionale, riche en ressources.

Bien qu'il ait soutenu la guerre contre la drogue de Duterte, qui a tué des milliers d'hommes, pour la plupart pauvres, il est peu probable qu'il la mette en oeuvre de manière aussi agressive.

"Je pense que l'élite politique philippine est prête à abandonner la guerre contre la drogue guidée par la violence", a déclaré Greg Wyatt, directeur de la veille économique chez PSA Philippines Consultancy, ajoutant que celle-ci avait "attiré suffisamment d'attention négative".