Attaque mortelle contre Shinzo Abe: Alexander De Croo "profondément choqué", Poutine déplore une "perte irréparable"

"Horreur", "choquant": de l'Asie à l'Occident, les dirigeants du monde entier ont réagi avec stupeur et indignation à l'agression par balles vendredi de l'ancien Premier ministre japonais Shinzo Abe, décédé des suites de blessures.

NDLR: certaines des réactions ci-dessous ont été faites après l'attaque mais avant l'annonce officielle du décès de Shinzo Abe

Japon

Le Premier ministre japonais Fumio Kishida "ne trouvait pas de mots" vendredi après l'assassinat en plein meeting de l'ancien dirigeant Shinzo Abe. Actuel leader du Parti libéral-démocrate (PLD, droite nationaliste au pouvoir), M. Kishida avait été proche de M. Abe, dont il avait été le ministre des Affaires étrangères de 2012 à 2017. "Je priais pour que sa vie soit sauvée mais, malgré cela, j'ai appris la nouvelle" de sa mort, a déclaré M. Kishida, très ému, aux journalistes. "C'est vraiment regrettable. Je ne trouve pas de mots. Je présente mes sincères condoléances et prie pour que son âme repose en paix."

"Pendant cette période électorale, un acte barbare a été commis, prenant la vie de l'ancien Premier ministre Abe. C'est impardonnable. Nous condamnons (cet acte) une fois de plus, dans les termes les plus forts", a ajouté M. Kishida. Les préparatifs électoraux se poursuivront, a précisé M. Kishida, car "nous devons absolument défendre les élections libres et équitables, qui sont le fondement de la démocratie" et "nous ne céderons jamais à la violence", a-t-il déclaré.

M. Abe a porté "une lourde responsabilité en tant que Premier ministre pendant huit ans et huit mois, la plus longue période dans l'histoire du gouvernement constitutionnel", a ajouté M. Kishida. "Il a guidé le pays face à une situation intérieure et internationale difficile, grâce à ces capacités exceptionnelles de leadership et ses capacités de dirigeant".

Belgique

Le Premier ministre belge Alexander De Croo, en charge des Affaires étrangères, s'est dit "profondément choqué par l'épouvantable attaque" contre l'ancien Premier ministre japonais Shinzo Abe. "La Belgique présente ses sincères condoléances à sa famille et au peuple japonais", a-t-il ajouté.

Russie

La Russie a dénoncé "un crime monstrueux" et un "acte de terrorisme qui n'a et ne peut avoir aucune justification", selon un communiqué du ministère russe des Affaires étrangères. Le président russe Vladimir Poutine a lui aussi réagi, déplorant une "perte irréparable". "Je vous souhaite (...) du courage face à cette lourde perte irréparable", a déclaré M. Poutine dans un télégramme de condoléances adressé à la mère et à la veuve de Shinzo Abe, selon un communiqué du Kremlin. "De beaux souvenirs de cet homme remarquable resteront pour toujours dans les coeurs de ceux qui le connaissaient", a-t-il souligné.

France

"Le Japon perd un grand Premier ministre", a réagi le président français Emmanuel Macron. "Au nom du peuple français, j'adresse mes condoléances aux autorités et au peuple japonais après l'assassinat de Shinzo Abe. Le Japon perd un grand Premier ministre, qui dédia sa vie à son pays et oeuvra à l'équilibre du monde", a écrit M. Macron dans un tweet.

La présidence rappelle que MM. Macron et Abe, qui ont entretenu "de très bonnes relations jusqu'au départ de celui-ci du gouvernement en septembre 2020", "ont contribué à rapprocher la France et le Japon et à intensifier leurs coopérations face aux défis mondiaux et pour garantir la stabilité et prospérité de l'espace indopacifique".

Les deux hommes se sont rencontrés deux fois à Paris à l'occasion de visites bilatérales du Premier ministre japonais en octobre 2018 et avril 2019.

Emmanuel Macron s'était quant à lui rendu à Tokyo pour rencontrer M. Abe en juin 2019 en marge du sommet du G20 à Osaka.

Ils s'étaient par ailleurs rencontrés à plusieurs reprises lors de sommets internationaux, du G20 à Hambourg (2017) et Buenos Aires (2018), et du G7 à Taormina (2017), La Malbaie (2018) et Biarritz (2019).

L'Elysée a en outre rappelé "la vitalité et la richesse" des "relations culturelles" entre la France et le Japon, avec notamment l'organisation de la "Saison de la France au Japon" en 2021.

États-Unis

Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a condamné l'assassinat de Shinzo Abe, déplorant la perte d'un "dirigeant visonnaire". Au cours d'une rencontre avec ses homologues japonais et sud-coréen en marge d'une réunion du G20 à Bali, en Indonésie, le chef de la diplomatie américaine a souligné que M. Abe avait "porté les relations entre nos pays, les Etats-Unis et le Japon, aux niveaux les plus élevés".

Auparavant, l'ambassadeur américain au Japon Rahm Emanuel avait rendu hommage à M. Abe, "un dirigeant exceptionnel du Japon et un allié indéfectible des États-Unis", selon un communiqué.

L'assassinat de l'ancien Premier ministre japonais Shinzo Abe est une "tragédie pour le Japon et tous ceux qui l'ont connu", a déploré vendredi Joe Biden. Le président américain, se disant "stupéfait, choqué et profondément attristé" par la nouvelle, a rendu hommage dans un communiqué à un homme qui avait "dédié sa vie" au service du peuple japonais.

"La violence par arme à feu marque toujours profondément les populations qui en sont victimes", a-t-il déclaré, alors que l'Amérique est régulièrement endeuillée par des tueries. "Les Etats-Unis se tiennent au côté du Japon en ce moment de deuil."

De son côté l'ancien président démocrate Barack Obama s'est dit "choqué et attristé" par l'assassinat de son "ami et partenaire de longue date". Shinzo Abe "s'est dédié à la fois au pays qu'il servait et à l'extraordinaire alliance entre les Etats-Unis et le Japon", a ajouté M. Obama.

Son successeur, le républicain Donald Trump, a regretté une "très mauvaise nouvelle pour le monde". Shinzo Abe était un "rassembleur comme nul autre mais, par-dessus tout, c'était un homme qui aimait et chérissait son magnifique pays, le Japon", a-t-il ajouté. "Il n'y en aura jamais un autre comme lui!"

Chine

L'ambassade de Chine au Japon a dit combien la Chine était "choquée" par l'attaque. "L'ancien Premier ministre Abe a contribué à l'amélioration et au développement des relations sino-japonaises. Nous exprimons nos condoléances à l'occasion de son décès et exprimons notre sympathie et notre sollicitude à l'égard de sa famille", a déclaré un porte parole de l'ambassade.

Union européenne

Le président du Conseil européen Charles Michel a dénoncé une attaque "lâche" contre un "véritable ami, farouche défenseur de l'ordre multilatéral et des valeurs démocratiques".

A l'annonce officielle de la mort de Shinzo Abe, Charles Michel a rendu un nouvel hommage. "Je ne comprendrai jamais le meurtre brutal de ce grand homme. Japon, les Européens partagent votre deuil"; a-t-il commenté.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a dénoncé sur Twitter le "meurtre lâche et brutal" d'un" grand démocrate et défenseur d'un ordre mondial multilatéral", dont l'attaque "choque le monde entier".

Italie

"L'Italie est bouleversée par le terrible attentat qui frappe le Japon et son débat démocratique libre", a réagi le chef du gouvernement italien Mario Draghi.

Allemagne

Le chancelier allemand Olaf Scholz s'est dit "stupéfait et profondément attristé", assurant être "aux côtés du Japon en ces heures difficiles".

"C'est avec horreur que j'ai appris la nouvelle (...)", a réagi l'ex-chancelière Angela Merkel, évoquant une "collaboration étroite et empreinte de confiance", et son "plaisir à travailler avec lui", à l'unisson avec la cheffe de la diplomatie actuelle Annalena Baerbock, "choquée".

Otan

Le secrétaire général de l'Otan dont le Japon n'est pas membre mais partenaire, s'est dit "profondément choqué". "L'Otan se tient aux côtés du peuple de notre proche partenaire, le Japon", a twitté Jens Stoltenberg.

Grande-Bretagne

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a exprimé sa "consternation" sur Twitter après cette "attaque abjecte".

Pays-Bas

"Je garde un excellent souvenir de notre amitié et du travail que nous avons accompli ensemble", a déclaré le Premier ministre néerlandais Mark Rutte, condamnant une attaque "lâche".

Turquie

"Je suis profondément attristé par la perte de mon cher ami Abe", a réagi le président turc Recep Tayyip Erdogan. "Je condamne ceux qui ont perpétré cette attaque odieuse".

Australie

"Nouvelle choquante en provenance du Japon", a tweeté le Premier ministre australien Anthony Albanese. "Nos pensées vont à sa famille et au peuple japonais en ce moment".

Inde

"Profondément bouleversé par l'attaque contre mon cher ami Abe Shinzo", a déclaré le Premier ministre indien Narendra Modi sur Twitter. "Nos pensées et nos prières sont avec lui, sa famille et le peuple japonais".

Iran

"La République islamique d'Iran condamne fermement cet acte terroriste", a réagi le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Nasser Kanani, ajoutant suivre la nouvelle "de près et avec inquiétude".

Corée du Sud

"J'adresse ma sympathie et mes condoléances à sa famille et au peuple japonais pour la perte de leur Premier ministre resté le plus longtemps au pouvoir et homme politique respecté", a déclaré le président sud-coréen Yoon Suk-yeol dans un communiqué, condamnant un "acte criminel inacceptable".

Singapour

Le Premier ministre singapourien Lee Hsien Loong a décrit M. Abe comme "un bon ami de Singapour" et s'est dit "profondément choqué". "C'est un acte de violence insensé", a-t-il ajouté sur Facebook.

Thaïlande

Le "Premier ministre thaïlandais Prayut Chan-O-Cha est très choqué par ce qui est arrivé à l'ancien Premier ministre japonais Shinzo Abe", a déclaré le ministre des Affaires étrangères Don Pramudwinai aux journalistes à Bangkok.

Il a rappelé que MM. Prayut et Abe étaient "amis" et avaient noué "une relation relativement étroite" après s'être rencontrés "plusieurs fois".

Malaisie

Le ministre malaisien des Affaires étrangères, Saifuddin Abdullah, s'est dit "attristé et choqué" et avait espéré que M. Abe parviendrait à réchapper de l'attaque.

Birmanie

"La Birmanie est extrêmement choquée et surprise par la nouvelle. L'ancien Premier ministre Shinzo Abe est un vieil et bon ami" a déclaré le porte-parole de la junte birmane Zaw Min Tun.

Philippines

Enrique Manalo, le secrétaire aux affaires étrangères des Philippines, a exprimé "un grand choc et une grande consternation" face à l'attaque, en espérant lui-aussi que M. Abe s'en sorte, avant que son décès à l'hôpital ne soit confirmé.