Au Japon, une jeune fille a été punie par son école pour s'être épilé les sourcils

Dans certaines écoles japonaises, le règlement peut être très strict.

J.F.
Au Japon, une jeune fille a été punie par son école pour s'être épilé les sourcils
©shutterstock

L'affaire s'est déroulée en avril dernier, mais elle vient d'être révélée par les médias japonais. Une écolière de 14 ans a été punie par son école pour s'être épilé les sourcils.

Comme l'explique

Japan Today

, la jeune femme a écopé de trois jours de

besshitu toko,

une forme de punition pratiquée par les écoles japonaises qui consiste à isoler les élèves dans une classe séparée des autres. Il s'agit d'une forme de suspension. En plus de cela, elle a dû écrire un dissertation sur la transgression.

Même si les écoles japonaises se modernisent, elles ont tendance à être très pointilleuses sur la conduite et l'apparence des élèves, explique le Japan Today. Pour preuve, d'autres écoles de la même préfecture de Fukuoka avaient défrayé la chronique il y a quelques mois pour interdire aux filles de porter des queues de cheval. Ces coiffures auraient tendance, selon les établissements, à "distraire les garçons".

Dans certaines écoles, la liste des interdictions peut être longue qu'un bras. Il y aurait ainsi des règles sur la longueur des chaussettes, la couleur des sous-vêtements, la couleur des cheveux ou encore... la forme des sourcils. C'est lors des visites de contrôle organisées par les établissements que les élèves se font réprimander. C'est ce qui est arrivé à l'écolière.

Une forme de distraction?

"Je crois que l'école craint que les enfants puissent être distraits en se concentrant trop sur leurs sourcils ou leur coiffure et qu'ils négligent les aspects essentiels de leur éducation", a expliqué Miki Hata, la directrice de l'éducation de Kurume, une ville de la préfecture de Fukuoka, à Abema Times.

Pour expliquer la décision de l'école, le journal avance deux explications. Soit l'épilation de sourcils est considérée comme du maquillage, ce que la plupart des écoles japonaises réglementent, soit l'épilation des sourcils rappelle les sourcils rasés de certains gangs de rue au Japon.

Dans tous les cas, la punition a vite suscité une polémique entre ceux qui soutiennent l'école et ceux qui dénoncent sa trop grande sévérité. Pour Mutsumi Kaneko, conseillère municipale à Kurume, il ne fait aucun doute que l'école a été trop loin. "En ne la laissant pas étudier dans sa classe habituelle et en la séparant des autres élèves, pensaient-ils que cela allait faire repousser ses sourcils? Ce n'est pas très logique..."