Afghanistan: l'ONU accuse les talibans d'avoir assassiné 160 personnes

La mission de l'ONU en Afghanistan a accusé mercredi les talibans au pouvoir d'avoir commis, depuis août 2021, des centaines de violations des droits humains, dont 160 exécutions extrajudiciaires et des actes de torture.

Afghanistan: l'ONU accuse les talibans d'avoir assassiné 160 personnes
©AFP

"Il est indéniable que les conclusions de notre rapport sont extrêmement graves", a déclaré Markus Potzel, chef par intérim de la Mission d'assistance de l'ONU en Afghanistan (Manua), lors d'une conférence de presse à Kaboul.

Les talibans ont régulièrement nié les accusations de violations des droits humains depuis leur prise du pouvoir à Kaboul en août, après la chute du précédent gouvernement soutenu par les États-Unis.

Dans un rapport publié mercredi, la Manua a, depuis cette date, documenté 160 exécutions extrajudiciaires, 56 actes de torture et de mauvais traitements, et plus de 170 arrestations et détentions arbitraires, contre d'anciens responsables de gouvernement et membres des forces de sécurité.

Les méthodes de torture les plus couramment utilisées sont des coups de pied, des coups de poing, des gifles, des coups avec des câbles et des tuyaux, et l'utilisation d'appareils à décharge électrique.

La Manua a recensé plus de 200 cas de châtiments cruels, inhumains ou dégradants - y compris le passage à tabac de commerçants pour ne pas être allés à la mosquée -, et plus de 100 cas de recours excessif à la force.

Depuis la fin du conflit il y a près d'un an, la sécurité s'est considérablement améliorée dans tout le pays et le nombre de victimes civiles a drastiquement baissé.

Cependant, en dépit de leurs promesses de se montrer plus souples, les talibans sont largement revenus à l'interprétation ultra-rigoriste de l'islam qui avait marqué leur premier passage au pouvoir (1996-2001), restreignant très fortement les droits et libertés des femmes et des filles.

La Manua a reçu 87 rapports de violence contre les femmes et les filles, notamment des meurtres, des viols, des mariages forcés - y compris des mariages d'enfants -, des voies de fait, des coups et blessures, ainsi que deux cas de crimes d'honneur, dont aucun n'a été enregistré auprès du système judiciaire formel.

Parmi les cas documentés, figure celui d'un couple qui a été publiquement lapidé à mort après avoir été accusé d'avoir une liaison.

"L'impunité prévaut" en Afghanistan, a dénoncé Fiona Frazer, chef de la mission des droits de l'homme de l'ONU en Afghanistan, tout en estimant que le nombre de cas des violations des droits humains pourrait être sous-évalué.