Taïwan: Blinken espère que Pékin et Washington géreront "judicieusement" leurs divergences

Le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, a espéré vendredi que les Etats-Unis et la Chine parviendraient à gérer "judicieusement" leurs différends sur Taïwan, au moment où une visite potentielle de la cheffe des députés américains Nancy Pelosi dans l'île attise les tensions.

Taïwan: Blinken espère que Pékin et Washington géreront "judicieusement" leurs divergences
©AFP

Questionné au cours d'une conférence de presse sur le bien fondé d'une éventuelle visite à Taïwan de Mme Pelosi, M. Blinken n'a pas fait de commentaire, mais il a rappelé que le président Joe Biden avait indiqué à son homologue chinois Xi Jinping, lors de leur entretien téléphonique jeudi, que les Etats-Unis étaient "opposés fermement aux efforts unilatéraux" pour modifier le statut de Taïwan.

"Nous avons de nombreuses divergences en ce qui concerne Taïwan mais depuis plus de 40 ans, nous avons géré ces divergences et nous l'avons fait d'une façon qui a préservé la paix et la stabilité, et qui a permis au peuple de Taïwan de prospérer", a ajouté le secrétaire d'Etat américain.

"Il serait important que, dans le cadre de nos responsabilités partagées, nous soyons capables de continuer à gérer ceci judicieusement, de façon à ne pas risquer un conflit, et que nous restions en communication sur cette question", a ajouté M. Blinken.

"Nous pensons que des communications directes entre les deux dirigeants sont essentielles pour assumer ces responsabilités", a-t-il poursuivi.

L'administration Biden s'inquiète des répercussions potentielles d'une visite à Taïwan de Mme Pelosi, la présidente de la Chambre des représentants et à ce titre l'un des plus hauts personnages de l'Etat américain.

Le gouvernement américain, qui considère la Chine comme son principal concurrent sur la scène internationale, évoque fréquemment la nécessité d'établir des "garde-fous" pour empêcher que les divergences entre les deux pays ne dégénèrent en conflit incontrôlable.

Mme Pelosi, qui critique ouvertement le régime de Pékin depuis des années, n'a pas confirmé ses projets de voyage, mais elle a fait savoir qu'elle n'était pas favorable à une déclaration d'indépendance de Taïwan, que la Chine revendique comme faisant partie de son territoire.