A Taïwan, Nancy Pelosi dit être venue "en paix" dans la région: "Nous n'abandonnerons pas notre engagement envers Taïwan"

La présidente de la Chambre des représentants américaine Nancy Pelosi a affirmé mercredi à Taïwan qu'elle était venue "en paix dans la région", alors que sa visite a déclenché la colère de Pékin qui a annoncé une série d'exercices militaires dans les environs de l'île.

La rédaction avec Belga et AFP

"Nous venons en amis à Taïwan, nous venons en paix dans la région", a déclaré Mme Pelosi, la plus haute responsable américaine à visiter Taïwan depuis 25 ans, lors d'une rencontre avec le vice-président du Parlement taïwanais Tsai Chi-chang. Elle a par ailleurs réaffirmé que les Etats-Unis n'oublieraient pas leur engagement envers Taïwan. "Aujourd'hui, notre délégation (...) est venue à Taïwan pour dire sans équivoque que nous n'abandonnerons pas notre engagement envers Taïwan et que nous sommes fiers de notre amitié durable", a déclaré Mme Pelosi lors d'un événement avec la présidente de l'île, Tsai Ing-wen.

Mme Pelosi, 82 ans, est arrivée mardi soir à Taipei à bord d'un avion militaire américain. Sa visite, qui n'avait pas été officiellement annoncée mais qui faisait l'objet d'intenses spéculations depuis plusieurs jours, a immédiatement fait réagir Pékin.

Dès l'arrivée de Mme Pelosi à Taïwan, le ministère chinois des Affaires étrangères a dénoncé "une grave violation" des engagements américains vis-à-vis de la Chine, qui "porte gravement atteinte à la paix et à la stabilité" régionales. Et le gouvernement chinois a convoqué mardi soir l'ambassadeur américain à Pékin, Nicholas Burns.

Le vice-ministre chinois des Affaires étrangères, Xie Feng, lui a exprimé les "protestations fermes" de son pays, ajoutant que "l'initiative (de Mme Pelosi de se rendre à Taïwan) est extrêmement choquante et les conséquences seront très graves", a rapporté l'agence Chine Nouvelle. Le ministère chinois de la Défense a quant à lui promis des "actions militaires ciblées", avec une série de manoeuvres militaires autour de l'île qui commenceront mercredi, dont "le tir de munitions réelles de longue portée" dans le détroit de Taïwan, qui sépare l'île de la Chine continentale.