Des hélicoptères de l'armée birmane ouvrent le feu sur une école: au moins six enfants tués

Les violences continuent en Birmanie où les écoles servent de plus en plus souvent de bases militaires.

Des hélicoptères de l'armée birmane ouvrent le feu sur une école: au moins six enfants tués
©AFP

Plusieurs médias et des personnes résidant proche des lieux ont témoigné d'une attaque des hélicoptères de l'armée birmane envers une école, le 16 septembre. Selon les informations d'Unicef Birmanie, au moins 11 enfants sont morts à la suite d'une attaque aérienne et de tirs aveugles dans des zones civiles, dont une école à Depeyin, dans la région de Sagaing.

La junte militaire de Birmanie a reconnu mardi avoir frappé cette école. Elle a cependant rejeté les accusations du gouvernement fantôme pro-démocratique du pays, connu sous le nom de gouvernement d'unité nationale (NUG), selon lequel la junte aurait tué des enfants lors de cette frappe.

Un porte-parole de l'armée a déclaré que les forces gouvernementales étaient entrées dans le village pour éliminer des "terroristes" rebelles. Il a ensuite accusé les forces rebelles d'utiliser des enfants comme "boucliers humains".

Des débris et des taches de sang sur le sol d'un bâtiment scolaire dans le canton de Depeyin, dans la région de Sagaing, un jour après une attaque du village par un hélicoptère militaire birman.
Des débris et des taches de sang sur le sol d'un bâtiment scolaire dans le canton de Depeyin, dans la région de Sagaing, un jour après une attaque du village par un hélicoptère militaire birman. ©AFP

Comme le rappelle CNN, la Birmanie est en proie à la violence depuis que l'armée a renversé un gouvernement élu au début de l'année 2021. Depuis, les groupes de résistance se sont multipliés. Certains sont armés, d'autres non.

Dans une déclaration lundi, l'UNICEF, le Fonds des Nations unies pour l'enfance, a présenté ses condoléances aux parents et aux familles qui ont perdu des enfants lors du raid. "Les écoles doivent être sûres. Les enfants ne doivent jamais être attaqués", a déclaré le groupe.

Des débris et des taches de sang sur le sol d'un bâtiment scolaire dans le canton de Depeyin, dans la région de Sagaing, un jour après une attaque du village par un hélicoptère militaire birman.
Des débris et des taches de sang sur le sol d'un bâtiment scolaire dans le canton de Depeyin, dans la région de Sagaing, un jour après une attaque du village par un hélicoptère militaire birman. ©AFP

"Refroidir le mouvement de protestation"

Selon l'organisation non gouvernementale Save the Children, il y a eu près de 190 attaques violentes contre des écoles en 2021 en Birmanie, contre 10 l'année précédente. L'utilisation des écoles comme bases par l'armée et les groupes armés a également augmenté à travers le pays.

Nos confrères de CNN rappellent qu'en début d'année, Elaine Pearson, directrice Asie de Human Rights Watch, avait déjà appelé à une réaction de l'Union européenne et des Etats-Unis. "La barbarie de la junte et son mépris de la vie humaine visent à refroidir le mouvement de protestation contre le coup d'État. Les États membres de l'Union européenne, les États-Unis et les autres gouvernements devraient montrer à la junte qu'elle devra répondre de ses crimes", avait-elle déclaré.