"Le tir de la Corée du Nord n'était qu'une mise en bouche, le plat principal doit encore arriver"

Kim Jong-un pourrait aller bien plus loin dans les prochaines semaines, selon le professeur Jeffrey Lewis.

M.R.

Pour la première fois en cinq ans, la Corée du Nord a tiré un missile balistique de moyenne portée qui a survolé le Japon. L'événement, qui a pris par surprise le pays du Soleil-Levant, a poussé Tokyo à activer son système d'alerte. La population a été pressée de se mettre à l'abri. L'exercice, qualifié de "violent" par le Premier ministre japonnais, a très vite été condamné par les Etats-Unis et l'Union européenne. Le président du Conseil européen, Charles Michel, a ainsi dénoncé une "agression injustifiée".

A quoi faut-il s'attendre ?

Le dirigeant nord-coréen pourrait pourtant aller encore plus loin, selon Jeffrey Lewis, professeur au Middlebury Institute. "Il s'agit d'une mise en bouche avant le plat principal", a estimé l'expert sur les ondes de CNS. Il ne serait pas étonnant selon lui de voir un missile balistique intercontinental (ICBM) à pleine portée lancé au-dessus du Japon. M. Lewis a également postulé qu'un essai nucléaire pourrait être entamé "à tout moment" par la Corée du Nord.

Les Etats-Unis avaient déjà tiré la sonnette d'alarme ce samedi 1er octobre, concernant les manœuvres orchestrées par le dirigeant nord-coréen. Rapportant qu'il s'agissait d'un "sujet d'inquiétude très profonde", plusieurs hauts responsables du commandement américain pour l'Asie-Pacifique ont prédit qu'un essai nucléaire aurait probablement lieu dans les prochaines semaines, après le congrès du Parti communiste chinois qui débute le 16 octobre. "Il y aurait une réponse", a fait savoir un haut responsable.

Un renforcement des capacités nucléaires "à un rythme accéléré"

Pyongyang a réalisé son dernier essai nucléaire, le plus puissant, en 2017. Si, depuis lors, la Corée du Nord ne s'est plus livrée à de tels exercices, des signes montrent que le pays y travaille à nouveau. En effet, on aurait détecté de l'activité dans le tunnel du site d'essais nucléaires de Punggye-ri. Kim Jong-un n'a qui plus est pas caché son intention de développer son arsenal nucléaire. Dans une allocution en avril dernier, il a fait savoir que son pays allait "renforcer ses capacités nucléaires à un rythme accéléré".